Vente caritative de cognacs rares: plus de 260.000 euros récoltés à « la Part des Anges »

logo AFP

La 10e édition de « La Part des Anges », vente caritative de 24 flacons précieux de cognac d’exception, a une nouvelle fois battu un record jeudi soir à Cognac (Charente) en récoltant 265.700 euros en faveur de la fondation Apprentis d’Auteuil.

« C’est un record! Nous avons fait mieux que les autres années », s’est réjoui Hervé Poulain, président d’honneur de la maison Artcurial qui a animé la vente de ses « adjugé ». Lors de la précédente édition en 2014 — la manifestation ayant lieu tous les deux ans — les enchères de « La Part des Anges » avaient rapporté 237.600 euros.

« C’était l’occasion pour chaque maison de produire le sommet de leur production depuis un siècle. Il ne faut pas oublier que le cognac, c’est un dialogue sur le temps », a-t-il souligné après le dîner de gala, parrainé par le chef parisien Guy Savoy (trois étoiles au prestigieux Guide gastronomique Michelin).

Des collectionneurs français, mais également tchèque, japonais ou encore chinois ont remporté l’un de ces précieux flacons offerts par 24 négociants. Véritables oeuvres d’art, elles sont en exemplaire unique ou bien une première édition.

La plus grosse enchère a été réalisée par la maison Martell: le flacon en cristal de Baccarat, qui contient une Grande Champagne de 1920, et son coffret aux formes déstructurées rappelant les strates du temps et du terroir, ont été adjugés à 31.000 euros. Autre vente importante, la bouteille de Rémy Martin sur le thème du Festival de Cannes a été vendue 28.000 euros.

La somme récoltée servira cette année à rénover et construire de nouvelles installations au sein du lycée professionnel des métiers de la restauration à Lisieux (Calvados). Cinq lycéens de cet établissement des Apprentis d’Auteuil, fondation qui aide les jeunes en difficulté, ont participé à la préparation de ce dîner rassemblant 650 personnes.

Créé en 2006 par le Bureau national interprofessionnel du Cognac (Bnic), cet évènement a été appelé « La Part des Anges » en référence aux « vapeurs d’alcool qui s’évaporent lorsque le cognac vieillit en fût de chêne », a expliqué son président, Jean-Bernard de Larquier.

ale/pfe/pad

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous