La région IDF n’aidera pas au parrainage de lycéens sans papiers

logo AFP

La présidente du Conseil régional Valérie Pécresse (LR) a refusé jeudi d’engager la région Ile-de-France dans le parrainage de lycéens sans papiers, comme le faisait auparavant l’ancienne majorité socialiste, affirmant que « la République commençait par le respect de la loi ».

Elle a été interpellée par le groupe écologiste demandant qu’elle lance, comme l’avait fait l’ancienne majorité, « des cérémonies de parrainage d’élèves sans-papiers aux côtés du réseau Education Sans Frontière ».

« Nous vous demandons de lancer à votre tour des cérémonies de parrainage. De faire voter lors d’une prochaine séance, une résolution en faveur d’un soutien de nos élu-e-s aux jeunes sans-papiers lycéens ou apprentis », a demandé l’élue écologiste Juliette Espargilière.

« Il est pour nous insupportable que des jeunes, en particulier mineurs, aillent en cours la peur au ventre, la peur de se faire arrêter, la peur de devoir mettre un terme à leur éducation, de quitter leur réseau amical naissant, la peur que tout s’arrête. Rien n’interdit aux élu-e-s d’accompagner des lycéens dans leurs démarches en préfecture », a-t-elle ajouté.

La présidente du Conseil régional a répondu: « pour moi, la République ça commence par le respect de la loi ».

« Je n’engagerai la Région dans aucune démarche qui serait de nature à encourager des pratiques qui seraient illégales », a-t-elle continué.

Mais elle a rappelé que « les élèves sans-papiers scolarisés en France ne peuvent pas être renvoyés », et elle a souligné que la Région finançait la scolarisation de ces lycéens, puisque l’école est gratuite, ainsi que la cantine scolaire.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous