Faculté de Rouen: décision vendredi pour le fiché S au « comportement suspect »

logo AFP

La justice prendra une décision vendredi concernant l’individu fiché S, interpellé mercredi et dont le « comportement suspect » avait provoqué la fermeture de la faculté de droit de Rouen, a indiqué jeudi soir le parquet.

« Il n’y aura pas de déferrement ce soir car les investigations qui sont notamment des investigations techniques doivent se poursuivre », a déclaré à l’AFP le procureur de la République Pascal Prache.

« Une orientation procédurale sera donnée vendredi matin concernant la garde à vue de cette personne », a-t-il ajouté.

Mercredi en fin d’après-midi un individu, déjà connu de la police et fiché S, avait été appréhendé à son domicile de Val-de-Reuil (Eure), au sud de Rouen après qu’un étudiant de la faculté de droit de Rouen eut signalé au commissariat son « comportement suspect » à l’intérieur et à l’extérieur de l’établissement.

La faculté avait été fermée mercredi en fin d’après-midi pour une fouille de sécurité et ne devait rouvrir que lundi.

Mais le président de l’université de Rouen Joël Alexandre a annoncé jeudi que la réouverture aura lieu vendredi.

« Les inquiétudes que nous avions sont levées, nous allons réouvrir dès demain (vendredi) », a déclaré à la presse M. Alexandre.

Revenant sur les faits qui se sont produits mercredi, M. Alexandre a confirmé qu’un « individu au comportement suspect » et portant une djellaba avait été repéré dans les locaux et à l’extérieur de la faculté par un étudiant qui a prévenu la police.

« Il n’avait pas l’apparence d’un étudiant qui allait en cours, il errait visiblement et cherchait des recoins, des choses un peu curieuses », a indiqué le président de l’université, en louant le civisme de l’étudiant qui l’a suivi discrètement, noté le numéro d’immatriculation de sa voiture et prévenu la police.

L’individu en garde à vue est un converti à l’islam, d’origine européenne, fiché S en tant musulman radicalisé et déjà connu des services de police quand il était domicilié dans l’Eure à Louviers avant de déménager à Val-de-Reuil, où il a été appréhendé mercredi, a-t-on appris de source policière.

En juillet il avait été verbalisé pour refus d’obtempérer, en voulant éviter un contrôle.

Le président de l’université de Rouen a indiqué que des mesures de sécurité supplémentaires seront prises à la faculté de Droit mais aussi dans les autres établissements.

De son côté la préfète de Normandie Nicole Klein a demandé à la police une « intensification des patrouilles dynamiques » et des « points fixes » à proximité des facultés.

Le syndicat étudiant de droite UNI a dénoncé dans un communiqué « l’immobilisme du gouvernement en matière de sécurité des campus universitaires », estimant que « les universités sont également un lieu de recrutement pour les réseaux djihadistes ».

La vice-présidente de la région Normandie en charge de l’enseignement supérieur, Françoise Guégot (LR), proche de Nicolas Sarkozy, a demandé au gouvernement de communiquer aux présidents d’Universités « le nombre précis d’étudiants fichés S au sein des universités normandes ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous