Guadeloupe: le meurtrier présumé d’un lycéen de 15 ans mis en examen et écroué

logo AFP

Le meurtrier présumé d’un lycéen de 15 ans, agressé mardi aux Abymes en Guadeloupe alors qu’il venait de quitter son lycée, a été mis en examen samedi et écroué, a-t-on appris auprès du procureur de Pointe-à-Pitre.

Le suspect, un adolescent de « 15 ans et demi », « d’origine et de nationalité dominiquaises », a reconnu son implication dans le drame : il « a reconnu avoir voulu dérober le téléphone portable de la victime, après s’être orienté en vain sur deux autres victimes qui n’avaient rien sur elles », a déclaré le procureur Xavier Bonhomme lors d’une conférence de presse.

Il a été mis en examen pour « homicide volontaire » aggravé par « une tentative de vol avec arme » et « tentatives de vol avec arme » sur deux autres personnes. Il a été incarcéré dans le quartier des mineurs du centre pénitentiaire de Baie-Mahault.

Le procureur a justifié la détention provisoire du meurtrier présumé, « malgré son jeune âge », par « la gravité des faits qui lui sont reprochés, qui troublent de manière considérable l’ordre publique », la possibilité de « fuite » et de « représailles » éventuelles.

Le procureur est revenu plus en détails sur le déroulement de la scène : « il y a eu une altercation de manière assez rapide. Les deux adolescents se sont retrouvés au sol, et à ce moment là il y a eu un échange de coups. L’auteur évoque 7 à 8 coups » de couteau portés à la victime.

Le meurtrier présumé, placé auprès de l’aide sociale à l’enfance en janvier 2016, « était en fugue depuis plusieurs mois ».

Il encourt, compte tenu de son âge (NDLR : mineur de moins de 16 ans jugé par le tribunal pour enfants et non les assises), une peine de 20 ans de prison.

L’enquête se poursuit et doit notamment déterminer dans quelle mesure le suspect a bénéficié de complicités lors de sa fuite.

Yoan Equinoxe, lycéen de 15 ans, avait été tué mardi après-midi à la sortie des cours, alors qu’il attendait son bus pour rentrer chez lui à Saint-François.

Ce décès a fortement ému tout l’archipel, une marche blanche en sa mémoire a réuni environ 3.000 lycéens vendredi matin, et la foule était nombreuse à ses funérailles samedi matin.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous