« Démos », le projet « musical et social » s’installe à Bordeaux

logo AFP

L’Opéra national de Bordeaux rejoint « Démos », le Dispositif d’éducation musicale et orchestrale à vocation sociale lancé en 2010 en région parisienne, pour initier à partir d’octobre 120 enfants de Gironde à la pratique d’un instrument de musique en orchestre.

La philosophie de Démos est de permettre à des enfants issus de quartiers en difficulté ou de territoires ruraux, qui n’ont pas facilement accès à l’apprentissage d’un instrument, de pratiquer la musique en orchestre, tout en s’initiant à tous les répertoires.

L’arrivée de Démos en Gironde illustre la volonté du nouveau directeur de l’ONB, Marc Minkowski, de « promouvoir la jeunesse et de la placer au coeur de (son) projet » à Bordeaux. « Je ne voudrais pas que l’ONB soit un temple infranchissable », a-t-il déclaré vendredi, en présentant ce « palpitant projet ».

Démos s’est inspiré des ateliers musicaux de la Cité de la Musique qui a lancé en 2010 un projet expérimental pour 450 enfants franciliens. De 2012 à 2015, l’expérimentation s’est élargie à 800 enfants, dont 400 recrutés dans l’Isère et l’Aisne, avec le soutien des collectivités, des caisses d’allocations familiales et de mécènes via les fondations de grands groupes, comme EDF et la SNCF.

Le projet, piloté par la Philharmonie de Paris depuis septembre 2015, a vocation à essaimer partout dans l’Hexagone, avec un objectif de 30 orchestres avant 2017.

Pour accompagner au mieux les enfants, Démos développe une collaboration très étroite avec les structures sociales de chaque territoire pour placer la pédagogie collective au centre du projet, conjuguant l’éducation artistique à l’apprentissage du « vivre ensemble ».

Ce projet s’adresse aux enfants de 7 à 14 ans, parfois en situation d’échec scolaire, et les accompagne pour « contribuer à les installer dans une dynamique positive par rapport aux apprentissages ».

En plus de son cursus scolaire, chaque enfant suit 4 heures de cours par semaine, encadrés par deux musiciens professionnels et un travailleur social. La première année est marquée par « l’oralité » puisque les enfants sont introduits à la musique par la danse et le chant, avant de se voir remettre un instrument qu’ils pourront emmener chez eux.

Les enfants d’un même territoire répètent une fois par mois en orchestre, pour des restitutions publiques en présence des familles, avec un grand rassemblement orchestral par an.

Les orchestres « Démos » s’inspirent du réseau vénézuélien « Sistema », créé en 1975 à Caracas, qui accueille dans 230 conservatoires plus d’un demi-million de jeunes défavorisés et 4.000 enseignants.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous