Une école coranique clandestine interdite à Evry

logo AFP

Une école coranique clandestine d’Evry (Essonne) a été fermée vendredi sur ordre de la mairie et de la préfecture de l’Essonne, selon un communiqué commun publié par les deux institutions.

Après une enquête de leurs services, mairie et préfecture ont décidé de fermer cette structure qui se présentait comme un « centre d’accueil de loisirs et d’activités dites scolaires à l’attention d’enfants mineurs, y compris d’âge maternel », car ils avaient observé « plusieurs manquements qui conduisent à considérer que la santé physique ou mentale, ou l’éducation des enfants sont compromises ou menacées », explique le communiqué.

La structure, mise sur pied par une association nommée Tous Ensemble, était « une école coranique qui ne disait pas son nom », a déclaré à l’AFP Francis Chouat, le maire socialiste de la ville.

« En soi, ce n’est pas un problème, mais une école coranique qui se cache, ça cache quelque chose », a-t-il ajouté, en précisant que l’association exerçait son activité « dans le dos de la mosquée d’Evry », qui propose elle des activités d’éducation au Coran en toute légalité.

La mairie et la préfecture ont chacune prise un arrêté pour fermer cette école sur deux motifs : elle ne disposait d’aucun agrément pour accueillir de jeunes publics, et les locaux qu’elle occupait n’étaient pas aux normes.

« Aucune démarche n’avait été faite. Tout cela était en totale illégalité », a insisté M. Chouat.

« Plusieurs dizaines » d’enfants en bas âge fréquentaient la structure, selon le maire, alerté par des riverains il y a quelques mois. La mairie entretient des doutes sur deux autres structures similaires à Evry et « procèdera aux mêmes investigations », a-t-il annoncé.

Ancien maire d’Evry, le Premier ministre Manuel Valls a réagi mardi sur RTL: « Ca en dit long sur ce qui se passe dans notre pays, sur les phénomènes de radicalisation ». « L’immense majorité de nos concitoyens de confession musulmane partagent l’idée d’un islam français, mais il y a une minorité qui veut imposer sa vision des choses et c’est celle-là qu’il faut combattre », a estimé M. Valls.

Sur les réseaux sociaux, l’association Tous Ensemble disait proposer des cours trilingues – français, anglais, arabe – et des cours de Coran, et se réclamait de la méthode Montessori, une pédagogie alternative.

Dans la tour de sept étages qui accueille l’école, une affiche de l’association apposée dans un couloir propose des « ateliers pédagogiques dès trois ans » et du « soutien scolaire tous niveaux ».

« A midi, on voyait des parents déposer leurs gamins. Il n’y avait pas de souci particulier », déclare une femme qui travaille dans l’immeuble et qui préfère rester anonyme. Selon elle, l’école n’accueillait « pas plus d’une trentaine » d’enfants et occupait les locaux depuis plusieurs années.

Le bâtiment, dont certains étages sont en travaux, héberge plusieurs associations, mais celles-ci quittent peu à peu les lieux. « Ca devient un immeuble fantôme », ajoute-t-elle. « Il y a quelques problèmes techniques, des remontées d’égout… Et je ne suis pas sûre que l’électricité soit aux normes ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous