Rentrée scolaire: les jeunes attirés par l’enseignement agricole malgré la crise du secteur

logo AFP

L’enseignement agricole continue d’attirer les jeunes malgré la crise du monde rural: les effectifs d’élèves sont en hausse de 0,4% pour cette rentrée scolaire, dont 20% en apprentissage ou formation en alternance, selon le ministère de l’Agriculture.

Au total, l’enseignement agricole, second système éducatif français, rassemble plus de 465.000 élèves, étudiants, apprentis et stagiaires de formation continue et délivre des diplômes allant du CAP au doctorat, en passant par les diplômes d’ingénieurs, ou de vétérinaire.

Malgré la crise des céréaliers cet été, et la crise de l’élevage qui a explosé en 2015, l’attirance pour le secteur agricole vient du caractère concret de l’enseignement, de ses bonnes performances en termes de réussite aux examens (85%), et d’insertion dans la vie professionnelle: 83% après un bac professionnel et 89% après un BTS, indique le ministère.

Pour la première fois cette année, les apprentis, lycéens et étudiants boursiers de l’enseignement agricole venant d’obtenir un diplôme bénéficient d’une aide à la recherche du premier emploi (ARPE), de 200 euros par mois pendant quatre mois, et de 300 euros pour les apprentis du supérieur. Les demandes doivent s’effectuer par voie électronique.

Une autre prime est prévue pour les 16-18 ans qui reprennent leurs études après une interruption d’au moins cinq mois et qui sont éligibles à une bourse nationale de lycée. Ce complément permet d’assurer aux élèves concernés une bourse annuelle d’au moins 1.000 euros.

Enfin dernière innovation, l’enseignement du bac pro CGEA (Conduite et gestion d’une entreprise agricole) nécessaire pour l’installation d’un agriculteur, prendra en compte pour la première fois, « l’agro-écologie, et la diversité des systèmes de production », indique le ministère.

La première session d’examen pour le bac pro CGEA rénové aura lieu en juin 2019.

Les exploitations agricoles liées aux lycées agricoles sont en première ligne pour être des lieux d’expérimentation des réformes: par exemple, 42 établissements publics et privés se sont investis dans une action expérimentale du plan Ecophyto destiné à améliorer les rendements tout en réduisant l’utilisation de pesticides et engrais.

D’autres lycées se sont investis dans la méthanisation, l’agroforesterie ou l’agriculture biologique.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous