En Auvergne-Rhône-Alpes, Wauquiez promet 100% de lycées sécurisés d’ici fin 2017

logo AFP

Le président Les Républicains de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, a promis jeudi d’équiper tous les lycées de la région de dispositifs de sécurité d’ici fin 2017, pour un coût de 32 millions d’euros.

Pour la rentrée scolaire, Laurent Wauquiez, par ailleurs président par intérim de son parti et député de Haute-Loire, a visité le lycée Galilée de Vienne (Isère) qui vient d’être équipé de tourniquets de sécurité dits tambours de pleine hauteur.

Il avait fait de la sécurisation des lycées une des mesures phare de sa campagne pour les élections régionales en décembre 2015, annonçant qu’il ferait équiper les lycées de portiques qui, dans les faits, se sont transformés en tourniquets, portillons ou caméras de surveillance face notamment aux réticences de proviseurs.

« Les esprits ont changé en à peine six mois, il y a six mois il fallait qu’on convainque les chefs d’établissements, aujourd’hui on a 200 demandes », venues après l’attentat de Nice le 14 juillet, a assuré Laurent Wauquiez jeudi devant la presse.

Dans un des quinze établissements équipés, dans le Puy-de-Dôme, on estime que « théoriquement, les trois portillons peuvent absorber le flux des élèves en 10 minutes ».

« Mais on va faire des tests grandeur nature, hors moments d’affluence, et on verra bien. Là où je suis un peu sceptique, c’est lors des récréations lorsque les fumeurs rentreront à nouveau dans l’établissement. C’est une inconnue. Si cela retarde les cours toute l’année, il faudra étudier la situation et prendre les décisions qui s’imposent », a commenté pour l’AFP Jean Sauvanet, proviseur du lycée polyvalent Pierre-Joël Bonté à Riom.

« Notre région a pour ambition d’être la première pour la sécurité des établissements », a souligné M. Wauquiez. Il a ainsi promis 60 établissements sécurisés d’ici décembre et 100% des établissements d’ici un an et demi. Il s’agira « d’abord » de sirènes d’alarme, d’interconnexions avec les forces de l’ordre et de caméras aux abords des lycées, a-t-il détaillé.

« On met 32 millions sur la table » quand « le ministère de l’Éducation nationale pour toute la France met à peine 50 millions », a taclé le président de région. Cette dernière enveloppe est destinée à accompagner les collectivités territoriales dans les travaux d’urgence jugés nécessaires pour sécuriser écoles, collèges et lycées.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous