Simulation de la vie sur Mars : 6 chercheurs sortent de leur isolement

Après 1 an à simuler la vie sur Mars, 6 scientifiques sortent de leur isolement. Dans le même temps, une découverte permet d'en savoir plus sur le climat de la planète rouge.

The HI-SEAS Habitat / HI-SEAS.org

The HI-SEAS Habitat / HI-SEAS.org

Après un an d’isolement complet, les 6 volontaires du programme Hawaii Space Exploration Analog and Simulation (HI-SEAS) de la NASA ont été « libérés » – après simulé la vie sur Mars.

Les six scientifiques ont ainsi vécu dans des conditions similaires à celles sur Mars – sous le dôme d’un volcan à Hawaï, le Mauna Loa, choisi pour son sol semblable à la planète rouge. L’objectif était d’étudier les conséquences de l’isolement et du confinement sur un équipage et sur ses membres.

Des bases sur Mars « indépendantes de la Terre »

Interrogé par le Huffington Post, l’astrobiologiste Cyprien Verseux, membre de l’équipe du HI-SEAS, explique « avoir de nombreux souvenirs agréables à l’esprit », comme le premier jour, Noël, les explorations de tunnels de lave », mais aussi des « moments difficiles », comme « les jours où quelque chose est arrivé à des proches sur Terre et où l’on ne pouvait pas être là pour eux, ni même leur téléphoner ». Ainsi, les communications avec l’extérieur étaient-elles rares, avec 20 minutes de retard à chaque fois.

© CreativeGraphicArts/iStockphoto

© CreativeGraphicArts/iStockphoto

Les chercheurs, pour atténuer les effets psychologiques de l’enfermement, s’occupaient notamment de leur projet de recherche. Lors de son isolation, Cyprien Verseux, a ainsi travaillé sur la production de ressources sur Mars, à partir de matériaux présents sur la planète.

« Je voulais voir si l’on pouvait utiliser des cyanobactéries (des microbes verts qui font de la photosynthèse) pour transformer des éléments présents sur Mars en nutriments pour plantes, afin de pouvoir cultiver ces dernières à partir de ressources locales », explique-t-il au Huffington Post. Selon lui, « l’idée fonctionne ».

Les expériences de l’astrobiologiste font partie d’un projet de recherche mené avec 5 autres chercheurs internationaux, dont l’objectif est de « rendre de futures bases sur Mars aussi indépendantes que possible de la Terre ».

Un climat autrefois « chaud et humide »

La sortie d’isolement des scientifiques du projet HI-SEAS survient quelques semaines après la diffusion dans la revue Geology, des résultats d’une étude très intéressante sur le passé de Mars, notamment dans l’optique d’une hypothétique « terraformation« , sur laquelle planchent de nombreux experts.

Des chercheurs britanniques ont ainsi découvert une vallée fluviale fossilisée, ce qui leur permet d’émettre l’hypothèse selon laquelle il y a bien eu de l’eau liquide sur la planète rouge (aujourd’hui, les traces d’eau découvertes sont situées dans son sous-sol, sous forme de glace)… et que le climat était, il y a 4 milliards d’années, « chaud et humide ».

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous