Les projets de certains candidats « néfastes et inquiétants » pour l’école

logo AFP

A quelques mois de la présidentielle, la FCPE, une des deux grandes fédérations de parents d’élèves de l’école publique, a qualifié de « néfastes » et « inquiétants » les projets de certains candidats aux primaires.

« Certains projets de candidats sont extrêmement néfastes et inquiétants pour l’école », a déclaré Liliana Moyano, la présidente de la FCPE, lors de la conférence de rentrée, sans souhaiter préciser les candidats visés.

« Des projets et des livres » publiés par des candidats « nous racontent une fable », qui dit que « seul l’ordre permettrait à l’école d’aller mieux », a ajouté la présidente de la première fédération de parents d’élèves.

La FCPE, qui soutient la politique éducative du gouvernement actuel, va lancer le 24 septembre des « caravanes itinérantes », qui sillonneront plusieurs régions de France afin de rencontrer « les parents éloignés de l’école ».

Ces rencontres « au pied des immeubles, sur les places et les marchés » et devant les établissements scolaires, permettront aussi de nourrir les propositions de la fédération pendant la campagne présidentielle.

Pour le moment, seule l’équipe d’Alain Juppé, candidat à la primaire de la droite, a demandé à rencontrer la FCPE, et une réunion a eu lieu il y a quelques mois, a indiqué Liliana Moyano.

La fédération va par ailleurs relancer le site Ouyapacours, où les parents peuvent déclarer les absences de professeurs non remplacées. Lors de la précédente année scolaire, le site avait recensé 40.000 journées d’absences non remplacées dans le primaire et le secondaire, sur toute la France.

Il s’agit non pas de pointer du doigt l’absence des profs (pour cause de maladie ou de formation) mais de comptabiliser les journées perdues par les élèves, souligne la FCPE.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous