Rentrée universitaire: l’Unef veut « imposer les jeunes dans le débat présidentiel »

logo AFP

A huit mois du premier tour de l’élection présidentielle, l’Unef (premier syndicat étudiant) a affiché mardi son objectif d' »imposer les jeunes dans le débat présidentiel », appelant à de nouvelles mesures contre la précarité.

« Le gouvernement ne peut pas dire que tout a été fait », a taclé au cours de sa dernière conférence de presse William Martinet, qui rendra son mandat le 23 septembre, après avoir passé près de trois ans à la tête de l’organisation.

Pour cette figure de la mobilisation contre la loi travail au printemps, « le débat n’est plus de savoir si François Hollande a tenu tous ses engagements, mais de savoir si les six prochains mois vont encore être utiles aux étudiants ».

« Ce gouvernement va-t-il se rappeler qu’il est encore au pouvoir (…) et répondre aux revendications des étudiants ? », s’est-il interrogé.

Une question que partage son futur successeur, Lilâ Le Bas, 23 ans, unique candidate qui deviendra la quatrième femme à accéder au poste de présidente de l’Unef en 109 années d’existence du syndicat.

« Notre objectif est aussi d’imposer les jeunes dans le débat présidentiel », a-t-elle déclaré.

Les dossiers ne manquent pas, selon l’organisation, citant pêle-mêle l' »urgence sociale », « la sélection en master » et « les investissements à l’université ».

Cette année encore, « un étudiant sur deux est obligé de se salarier pour financer ses études », a déploré Mme Le Bas.

La nouvelle dirigeante appelle le gouvernement à poursuivre les efforts d’investissement dans le supérieur, compte tenu du nombre croissant d’étudiants qui viennent chaque année gonfler les rangs à la fac.

« Il faut redonner à l’université les moyens d’assurer l’ascenseur social », a-t-elle ajouté, tout en se réjouissant que les difficultés d’inscription soient globalement moins importantes cette année par rapport à la rentrée précédente.

Interrogée sur les polémiques autour du port du voile à l’université, qui est autorisé ne France, et la volonté de certains politiques de droite de l’interdire, William Martinet a rappelé l' »opposition (de l’Unef) à l’interdiction de signes religieux ».

Pour lui, « ce n’est pas à l’Etat et à la loi de définir la façon dont les étudiantes doivent s’habiller ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous