En 2011, plus d’une famille sur 3 insatisfaite de l’aide aux élèves en difficulté

logo AFP

Si les familles ont majoritairement une opinion favorable du collège, en 2011, plus d’une sur trois n’était pas satisfaite de l’aide apportée aux élèves en difficulté, selon des chiffres officiels publiés mardi.

L’opinion des familles s’est dégradée au fil des années, indique cette étude de la Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance, qui a suivi les trajectoires d’élèves grâce à un échantillon représentatif d’enfants entrant pour la première fois en sixième en 2007.

Ainsi, en 2008, 24% des familles étaient insatisfaites de l’aide apportée aux élèves en difficulté. Trois ans plus tard, elles sont 34% dans ce cas.

« En fin de quatrième année de collège, les jugements des parents sont très liés à la perception de la réussite scolaire de l’enfant », indiquent les auteurs. Ainsi, lorsque les parents déclarent que leur enfant a de grosses difficultés, moins d’une famille sur deux (environ 45%) se dit satisfaite de l’encadrement et de l’aide alors qu’elles sont les trois quarts à l’être quand l’enfant est considéré comme excellent élève.

L’opinion sur ce sujet varie aussi selon l’établissement fréquenté, sa composition sociale, s’il s’agit d’un collège public ou privé, appartenant ou non à l’éducation prioritaire.

« Plus le collège est socialement défavorisé, plus les parents sont satisfaits de l’aide apportée aux élèves en difficulté (69% contre 64% dans un collège favorisé). Ce constat peut sembler paradoxal, mais il s’explique sans doute par le fait que dans les établissements favorisés, certaines familles jugent insuffisants les moyens mis en oeuvre pour la réussite des élèves », indique l’étude.

En revanche, les parents dont la progéniture fréquente un collège socialement défavorisé expriment des jugements plus négatifs sur la réputation, la discipline et la sécurité de l’établissement.

Dans le privé, « comme dans le public mais de manière moins marquée, ce sont l’encadrement pour assurer la réussite des élèves (83%) et l’aide apportée à ceux en difficulté (75%) qui sont le moins fréquemment appréciés ».

Selon l’étude Pisa sur les systèmes éducatifs de l’OCDE, publiée tous les trois ans, le collège accroît les inégalités scolaires et la France ne parvient pas à « rattraper » les plus faibles.

La réforme du collège, qui entre en vigueur cette rentrée, vise à améliorer l’égalité des chances. Elle prévoir notamment une généralisation de l’accompagnement personnalisé pour tous.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous