Ecoles: « ampleur inédite des changements cette rentrée » mais sans chaos, selon le SE-Unsa

logo AFP

Le SE-Unsa, syndicat enseignant favorable aux réformes du collège et des programmes, a souligné « l’ampleur inédite » des changements mis en oeuvre en septembre, mais ne prévoit pas « une rentrée chaotique », estimant que « la majorité des enseignants vont entrer dans le dispositif ».

« On va avoir des situations très diverses selon l’implantation des établissements sur le territoire, les équipes ou la qualité de l’accompagnement », a avancé mardi Christian Chevalier, secrétaire général du deuxième syndicat de l’éducation.

« Mais nous pensons que la majorité de nos collègues entreront dans le dispositif. Il y a des convaincus, des réfractaires et surtout beaucoup de dubitatifs », a-t-il déclaré lors de la conférence de presse de début d’année scolaire, prévoyant que la rentrée « ne sera(it) pas chaotique ».

« Un bon indicateur sera la grève du 8 septembre », à l’appel de plusieurs syndicats opposés à la réforme du collège, dont la principale organisation dans le secondaire, le SNES-FSU, a-t-il glissé. Il ne s’attend pas à une grande mobilisation, d’autant « que les dotations des moyens par établissement, connues depuis janvier, ont montré que les moyens sont là ».

« Que des collègues doutent et se posent des questions, c’est légitime », mais l’appel à la grève du 8 septembre, « c’est de l’affichage », selon Christian Chevalier.

La réforme du collège et les enseignements interdisciplinaires (EPI, qui mêlent plusieurs matières au sein d’un même cours), « ne sont pas sortis de nulle part, ils étaient déjà appliqués par des établissements », a-t-il souligné.

Quant au latin et à l’allemand, ils n’ont pas disparu, contrairement à ce que prévoyaient les opposants à la réforme, a déclaré Claire Krepper, secrétaire nationale du syndicat.

« Très clairement, on retrouve le latin en EPI Langues et cultures de l’antiquité, avec un enseignement de complément », dans les établissements qui proposaient l’option latin, et « beaucoup de moyens ont été débloqués pour l’allemand, même s’il n’y a pas d’élèves en face » du professeur, a-t-elle assuré mi-figue,mi-raisin.

Les freins pour la mise en oeuvre de cette réforme sont « organisationnels et pédagogiques, souvent par manque d’imagination. Regrouper les EPI au sein d’une même semaine (soit trois semaines dans l’année) est « une solution » pour l’organisation des emplois du temps, d’ailleurs adoptée par plusieurs établissements, a-t-elle ajouté.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous