A Sablé, Fillon propose de « revoir l’enseignement de l’Histoire » à l’école primaire

logo AFP

François Fillon a promis dimanche dans son discours à Sablé (Sarthe) de « traquer toutes les démissions de la société française et d’abord celles de l’école », proposant notamment de revoir l’enseignement de l’Histoire pour privilégier le « récit national ».

Dans un discours aux accents gaullistes devant plus de 1.500 personnes, l’ancien Premier ministre, candidat à la primaire de droite, a proposé des pistes pour « retrouver la fierté d’être Français », ce qui passe notamment, selon lui, par un « réarmement moral ».

« Je veux traquer toutes les démissions de la société française et d’abord celle de l’école », a-t-il déclaré. Cela passe avant tout, selon lui, par « l’apprentissage du respect et de l’autorité à l’école primaire », dont fait partie le port de l’uniforme.

« Je propose de commencer la scolarité obligatoire à 5 ans au lieu de 6, pour donner une année de plus à l’apprentissage de la lecture », a-t-il déclaré sous un soleil radieux, en tenue décontractée.

Mais pour « retrouver la confiance dans notre patrie », le candidat à la primaire, devancé dans les sondages, propose surtout de « revoir l’enseignement de l’Histoire à l’école primaire », ce afin que les maîtres ne soient « plus obligés d’apprendre aux enfants à comprendre que le passé est source d’interrogations ». « Faire douter de notre Histoire : cette instruction est honteuse ! » a-t-il lancé.

« Si je suis élu président de la République, je demanderai à trois académiciens de s’entourer des meilleurs avis pour réécrire les programmes d’Histoire avec l’idée de les concevoir comme un récit national ».

Car « le récit national c’est une Histoire faite d’hommes et de femmes, de symboles, de lieux, de monuments, d’événements qui trouve un sens et une signification dans l’édification progressive de la civilisation singulière de la France ».

François Fillon propose aussi de « mettre fin dès la rentrée de 2017 aux enseignements de langues et de culture d’origine (…) dont les enseignants sont choisis et payés par des pays étrangers ».

François Fillon demande que « les familles soient placées devant leur responsabilité éducative et sanctionnées quand elles se montrent incapables de faire rentrer leurs enfants le soir à la maison et de les envoyer le matin à l’école ».

Enfin, il mettra fin à la carte scolaire pour rétablir « la liberté pour les parents de choisir l’école de leurs enfants », et défendra « la liberté scolaire en permettant la création de nouvelles écoles privées à condition qu’elles respectent nos valeurs communes ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous