Avant la rentrée, des profs de secondaire « inquiets et mécontents » (SNES)

Le SNES appelle les profs du second degré à une "grève de rentrée", le 8 septembre, et à la "résistance pédagogique" face à la réforme du collège.

Conférence de rentrée du Snes-FSU, 26/8/16

Conférence de rentrée du Snes-FSU, 26/8/16

« L’incertitude plane sur la rentrée 2016 », a lancé Frédérique Rolet, secrétaire générale du Snes-FSU, pour ouvrir la conférence de rentrée du syndicat, qui s’est déroulée ce 26 août.

Un « sentiment de lassitude » chez les profs de secondaire

Selon F. Rolet, « les enseignants expriment leur lassitude, devant un empilement de réformes ». Au SNES, domine aussi « un sentiment de gâchis », alors qu’il s’agit de la « dernière rentrée » du quinquennat actuel.

Alors que le syndicat s’était « impliqué » dans la préparation de la « Refondation » de l’Ecole, avec « l’idée que l’on créerait des postes, que l’on reverrait la formation et que l’on poserait des diagnostics », rappelle Frédérique Rolet, « le soufflet est vite retombé », avec « une mise en oeuvre qui n’a pas suivi ».

Réforme du collège : « énormément d’incertitudes »

professeur pensif

© Friday – Fotolia.com

Dans la ligne de mire du syndicat, une réforme du collège « qui se veut ‘holistique’, qui voudrait tout renouveler, en touchant à tout, notamment aux programmes sur 4 niveaux d’un seul coup » – ce qui crée chez les profs « énormément d’incertitudes » en raison d’une « préparation insuffisante ».

Selon le Snes-FSU, « personne ne peut préjuger de ce qui se mettra en place cette rentrée, concrètement », entre les EPI, l’AP (accompagnement personnalisé) ou le parcours citoyen. Pour Frédérique Rolet, il faut « s’attendre à des situations très disparates dans les établissements. Ainsi, l’AP et les EPI, des « dispositifs mal ficelés et mal pilotés » devraient être « reconduits là où ils existaient de près ou de loin », mais seront aussi probablement « tentés ailleurs sous la pression hiérarchique et sans grand contenu », quand ils ne seront pas « seulement affichés ».

Lycée : une rentrée « dominée » par la question des effectifs

Dans les lycées, « l’incertitude est grande aussi »… face à la question des effectifs. A la rentrée, 42.344 élèves (48.192 élèves avec le privé) viendront « grossir les effectifs ». Or, « le flou plane concernant l’entrée en vigueur des dispositions sur le droit au redoublement dans l’établissement d’origine en cas d’échec au Bac, et de la fin du redoublement pour les autres niveaux », explique Frédérique Rolet.

lycéens cour lycée

lycéens © Christian Schwier – Fotolia.com

Face à ces « mesures peu ou mal anticipées », qui « accentuent la pression démographique », les enseignants de lycée « ne savent pas du tout quel sera l’effectif exact de leurs classes » », indique la secrétaire générale du SNES.

Selon le syndicat, la situation est « très tendue » dans « certaines académies », comme Créteil ou Versailles, où les taux de redoublement en Seconde, ou d’échec au bac, sont « supérieurs à la moyenne », et où le droit de réinscription en Terminale dans le lycée d’origine « pose des problèmes de place ».

Crise de recrutement et rémunération

Aux incertitudes touchant le collège et le lycée, « s’ajoute une crise de recrutement qui perdure, et dont les effets se font sentir », note Benoît Teste, secrétaire général adjoint. Ainsi, « les insuffisances de recrutement » risquent d’entraîner « des conditions de rentrée difficiles ».

Pour lutter contre la crise du recrutement, qui touche en particulier l’allemand et les lettres classiques, il « ne suffit pas d’augmenter les postes » : ainsi, avant tout, « il faut revaloriser nos métiers pour les rendre à nouveau attractifs ». Pour le SNES, la « rémunération à l’entrée dans le métier » reste « insuffisante ». En effet, « un certifié stagiaire commence sa carrière à Bac+4 avec 1350 euros nets, soit 1,1 SMIC », explique le syndicat.

Pour Benoît Teste, « il est temps de revaloriser les débuts de carrière ». La mise en oeuvre du PPCR à la rentrée 2017 (avec la mise en place de nouvelles carrières) « n’y répond que partiellement » et « arrive trop tard ».

Le secondaire en grève « dès la rentrée »

Le SNES appelle les profs du secondaire à une "grève de rentrée" le 8/9.

Le SNES appelle les profs du secondaire à une « grève de rentrée » le 8/9.

Le SNES reste opposé à la réforme du collège, et entend faire comprendre au gouvernement « que rien n’est terminé ». Depuis mai, il appelle les profs à entrer en « résistance pédagogique » (pdf), en « mettant en oeuvre l’interdisciplinarité » et un « meilleur suivi des élèves », mais « sans se laisser imposer EPI et AP ».

Pour aller plus loin, aux côtés d’autres membres de l’intersyndicale Second degré (FO, CGT, Sud), le syndicat appelle à une grève, le 8 septembre, une semaine après la rentrée.

« C’est un acte fort : nous posons le conflit dès le début de l’année, en faisant le pari que le mouvement soit suivi par les professeurs qui sont, dans leur grande majorité, inquiets et mécontents, notamment de leur salaire et de leurs conditions de travail », explique Benoit Teste.

classe de collège

© Monkey Business – Fotolia.com

La grève du 8 septembre sera destinée à réclamer « un bilan du fonctionnement » des lycées, une « amélioration des conditions de travail » (ouverture de classes, crédits manuels), et une « meilleure revalorisation des salaires et des carrières ».

« Pour une autre réforme du collège »

Enfin, ce mouvement devrait permettre de demander « l’ouverture d’une discussion » pour une « autre réforme du collège », et « dans l’immédiat », la possibilité de « ne pas mettre en oeuvre les dispositifs de la réforme collège 2016 ».

Pour Valérie Sipahimalani,  secrétaire générale adjointe, l’alternative est « une réforme mise en place patiemment, et non à toute vitesse comme cela a été le cas » – en « prenant le temps d’analyser les propositions, de réfléchir au contenu des apprentissages, et de former les enseignants ».

A noter que pour préparer la grève, le Snes-FSU appelle à organiser des « assemblées générales » dans les établissements le 31 août, jour de la rentrée des enseignants.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous