Didier (LR) propose un « test de radicalisation » dans les collèges et lycées

logo AFP

Geoffroy Didier, candidat à la primaire de droite, a proposé mardi de mettre en place un « test de radicalisation » dans les collèges et les lycées, prenant la forme d’un entretien avec un psychologue, « à titre de prévention ».

« La majorité des attentats récents ont été commis par des jeunes qui sont allés à l’école en France (…) Ces jeunes passent sous l’influence d’Internet en consultant des sites et vidéos jihadistes ou sont recrutés par des imams salafistes qui viennent jusqu’à la sortie de certains collèges et lycées », a estimé Geoffroy Didier dans un communiqué.

Afin de « détecter la radicalisation des jeunes le plus tôt possible », le vice-président LR de le région Ile-de-France propose « que soit créé un +test de radicalisation+ pour tout jeune scolarisé dans un collège ou lycée dont le comportement aura été identifié comme inquiétant par la communauté éducative ».

« Ce +test de radicalisation+ prendrait la forme d’un entretien entre l’élève et un psychologue de la communauté éducative » et comprendrait notamment des questions telles que : « +Refusez-vous des activités sportives sous prétexte qu’elles sont mixtes ?, Comment qualifiez-vous les récents attentats en France ? Que pensez-vous du djihad ? Consultez-vous ou avez-vous déjà consulté des vidéos ou sites appelant au Djihad?+ », a-t-il précisé.

« Si le test s’avère positif ou en cas de refus de l’élève, les parents de l’adolescent mineur seraient informés et un suivi psychologique et éducatif devrait être immédiatement mis en oeuvre », a poursuivi M. Didier.

« L’élève serait ensuite convoqué régulièrement. (…) En cas de poursuite ou d’amplification de la radicalisation, le proviseur aura pour devoir d’effectuer, avec les services d’assistance à l’enfance, un signalement à la police, à la gendarmerie et à l’autorité judiciaire », a-t-il détaillé.

Pour Geoffroy Didier, cette mesure « n’a de sens que si elle s’inscrit dans une politique de renforcement des moyens d’assistance à l’enfance et dans une refonte de l’école », qui « nécessitera d’enseigner notamment le respect et le dialogue interreligieux ».

« C’est son droit de le proposer », a réagi le sénateur LR Roger Karoutchi sur iTELE. « Cela n’est pas la position de ma formation politique, d’abord parce que ce ne serait pas constitutionnel – vous n’avez pas le droit de faire un test sur certains et pas sur d’autres, donc dans les collèges vous faites comment – et puis je ne suis pas sûr que dans les collèges ça ne pousserait pas à la stigmatisation , donc finalement à la radicalisation », a-t-il dit.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous