Le ministère du travail autorise le licenciement d’un délégué CGT de Sodexo (avocat)

logo AFP

Le ministère du Travail a autorisé, le 27 juin, le licenciement d’un délégué CGT de Sodexo allant contre une décision de l’inspection du travail, a-t-on appris vendredi auprès de l’avocat du salarié.

Dénonçant « une décision politique », dans le contexte du conflit autour du projet de loi Travail, Me Steve Doucet a annoncé qu’il engagerait « un recours en annulation » devant le tribunal administratif.

Sodexo avait licencié, en décembre 2015, 18 grévistes pour faute lourde. 11 d’entre eux avaient finalement été réintégrés, après un accord entre la CGT et le groupe.

Ces salariés avaient été licenciés pour n’avoir pas repris le travail au lendemain d’une grève à la cuisine centrale des cantines marseillaises et de la signature par plusieurs délégués syndicaux d’un protocole de fin de conflit, qui prévoyait notamment des augmentations de salaires.

Parmi ces délégués, Yvon Caprice, 22 ans d’ancienneté dans l’entreprise, avait poursuivi la grève le lendemain, a précisé son avocat, Me Steve Doucet. L’inspection du travail s’était opposée à son licenciement pour faute lourde, estimant notamment, selon Me Doucet, qu’il ne faisait qu’exercer son droit de grève.

Saisi par Sodexo, le ministère du Travail a cependant estimé, toujours selon Me Doucet, que le délégué avait joué un rôle d’incitation sur ses collègues grévistes.

Le ministère du travail n’a pu être joint par l’AFP vendredi soir.

« C’est une décision politique », a jugé Me Doucet en soulignant « les inexactitudes et les erreurs juridiques » contenues dans le document du ministère.

« Le gouvernement a pour ambition de répondre à toutes les doléances du patronat et la ministre fait coup double » dans la bataille autour du projet de loi travail « en s’en prenant à un délégué CGT », a-t-il ajouté.

De son côté la CGT a dénoncé dans un communiqué, « la répression syndicale qui vise clairement la CGT » après la décision de la ministre du Travail Myriam El Khomri qui « vole au secours de Sodexo pour licencier un salarié protégé allant à l’encontre de la décision de l’inspection du travail ».

Groupe français fondé il y a près de 50 ans à Marseille, Sodexo se présente comme « le leader mondial des services de qualité de vie », fournissant aussi bien hôpitaux, prisons qu’universités. Il emploie 37.000 personnes en France et se présente comme le 1er employeur français dans le monde.

bbm/ct

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous