Décès d’un vétéran républicain espagnol et résistant, déporté à Buchenwald

logo AFP

Un des vétérans de l’armée républicaine espagnole, combattant de la Résistance en France et déporté à Buchenwald, Virgilio Pena, est décédé mercredi à l’âge de 102 ans, a-t-on appris jeudi auprès de sa famille.

Le 26 juin dernier, il avait été fait chevalier dans l’Ordre de la Légion d’honneur pour son engagement, jusqu’à récemment, notamment dans les établissements scolaires, en faveur des valeurs de la démocratie et des droits de l’homme, témoignant sans cesse sur les dictatures franquiste et nazie.

Né en 19014 à Espejo, un village andalou près de Cordoue, il est un anti-franquiste convaincu dès le putsch de Franco contre la République espagnole et devient rapidement officier dans l’armée républicaine. Après la défaite, il se réfugie en France et, après un douloureux transit dans deux des camps où étaient parqués les Républicains espagnols, au Barcarès et à Saint-Cyprien (Pyrénées-Orientales), il rejoint la Résistance à Bordeaux, est arrêté sur dénonciation en 1943 et déporté au camp de concentration nazi de Buchenwald.

Libéré par l’armée américaine le 11 avril 1945, très affaibli, il retrouve le Sud-Ouest, d’abord à Pau, puis à Billères (Pyrénées-Atlantiques), où il est décédé.

Parallèlement à son métier de charpentier, il n’a eu de cesse de témoigner auprès des jeunes, étant encore ces derniers jours président de l’organisation locale de la Fédération nationale des déportés, internés, résistants, patriotes (FNDIRP).

Son destin avait été retracé par l’universitaire Jean Ortiz, spécialiste de la lutte anti-franquiste, dans son livre « Rouges maquis de France et d’Espagne: les guérilleros » (Éditions Atlantica, 2006), ainsi que dans le film « Espejo Rojo/Rouge Miroir », réalisé en 2007 par Jean Ortiz et Dominique Gautier.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous