Juppé fait des propositions pour « redonner à la politique familiale toute sa place »

logo AFP

Alain Juppé veut relever le plafond du quotient familial, rétablir la prime de naissance au 7e mois et favoriser la garde à domicile afin de « redonner à la politique familiale toute sa place », explique-t-il dans un entretien à La Croix à paraître mardi.

L’ancien Premier ministre, candidat à la primaire de la droite, va détailler prochainement ses propositions sur la famille dans un cahier.

« Pour la gauche, la politique familiale est une variable d’ajustement. J’entends lui redonner toute sa place pour au moins deux raisons: la cohésion sociale, car la famille reste un repère central dans une société en quête de sens; la démographie, puisqu’il existe une étroite corrélation entre dynamisme démographique et dynamisme économique », explique-t-il au quotidien.

Parmi ses propositions: « relever dès 2017 le plafond du quotient familial de 1.500 à 2.500 euros par demi-part pour toutes les familles », « rétablir le versement de la prime à la naissance dès le 7e mois de grossesse », « augmenter le plafond des donations des grands-parents pour leurs petits-enfants ».

Il veut aussi « alléger les cotisations sociales des particuliers employeurs afin de favoriser la garde d’enfant à domicile » et créer des « maisons d’assistantes maternelles ».

Interrogé sur la question de l’adoption pour les couples homosexuels, sur laquelle il a changé d’avis et est désormais favorable, il redit: « Après avoir bien entendu vérifié que les conditions d’épanouissement de l’enfant sont réunies, je suis favorable à l’adoption par les couples de même sexe ».

Interrogé sur le fait de savoir si le mariage homosexuel — qu’il approuve — allait faire débat dans la primaire, il explique que « personne ne doit oublier que les racines chrétiennes de la France, c’est aussi l’amour du prochain, la compréhension de l’autre et non sa stigmatisation ou sa condamnation, voire la violence ».

Il réaffirme son opposition à la PMA pour les couples de femmes et son refus des mères porteuses (GPA).

Par ailleurs questionné sur un point du projet du parti LR adopté samedi qui prévoit l' »interdiction du port de signes religieux » pour les accompagnants de sorties scolaires, M. Juppé a expliqué qu’il présenterait « son projet » pour la primaire et indiqué au passage qu’il fallait « appliquer la laïcité avec intelligence et sans radicalisme laïque ».

« Sur l’interdiction du foulard pour les accompagnants scolaires ou les étudiants à l’université, la question se pose en cas de prosélytisme religieux », a-t-il ajouté.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous