Un haut niveau d’études serait associé à un risque accru de tumeurs du cerveau (étude)

logo AFP

Un haut niveau d’études pourrait être associé à un risque accru de tumeurs du cerveau, sans qu’on puisse à ce stade expliquer pourquoi, selon une vaste étude publiée mardi.

Le risque de gliome malin, une variété de tumeur cérébrale cancéreuse, serait ainsi augmenté de 19% chez les hommes ayant fait au moins trois années d’études supérieures par rapport à ceux dont la scolarité totale n’a pas dépassé 9 ans.

Chez les femmes, le risque serait encore supérieur, de l’ordre de 23%.

Des chercheurs sont arrivés à ce résultat en étudiant 4,3 millions de Suédois nés entre 1911 et 1961 et suivis pendant près de 20 ans (1993 à 2010) pour voir s’ils développaient certaines tumeurs bénignes ou malignes du cerveau.

Les gliomes du cerveau sont les tumeurs du cerveau les plus courantes chez l’adulte. Le plus redouté est le glioblastome qui peut évoluer très vite (en l’espace de 2 à 3 mois) et qui, malgré les traitements, affiche une moyenne de survie limitée (de l’ordre d’un an à deux ans).

Peu de facteurs de risques ont été identifiés jusqu’à présent pour ce type de cancers à l’exception des irradiations, notamment pendant l’enfance et de certaines maladies génétiques.

« Nous avons été un peu étonnés de trouver une association entre un haut niveau d’études et le gliome. C’est un résultat surprenant qu’il est difficile d’expliquer, en particulier dans le contexte suédois » a indiqué à l’AFP le Dr Amal Khanolkar, de l’University College de Londres qui a dirigé l’étude publiée dans la revue britannique « Journal of epidemiology and community health » qui dépend du groupe British Medical Journal (BMJ).

La seule hypothèse pourrait être que les personnes les plus éduquées sont dépistées et traitées plus tôt, mais les chercheurs reconnaissent qu’elle est peu convaincante en Suède où l’accès aux soins est universel.

Ils ont également découvert que les femmes éduquées avaient un risque légèrement accru de développer des méningiomes, des tumeurs bénignes du cerveau par rapport à celles moins éduquées.

Une association a par ailleurs été mise en évidence entre des revenus élevés et le gliome, mais curieusement, uniquement chez les hommes.

Les chercheurs reconnaissent qu’ils n’ont pas tenu compte du mode de vie des personnes étudiées, ni des « différences ethniques ».

« Nous savons que certaines origines ethniques ont des risques différents pour les tumeurs du cerveau. Mais nous ne savons pas si c’est purement génétique ou si des facteurs environnementaux jouent un rôle » a indiqué le Dr Khanolkar.

« Cette étude ne fournit aucune preuve d’une relation de causalité » relève de son côté le Pr David Spiegelhalter, de l’Université de Cambridge.

Et il ajoute que même si l’augmentation du risque était avérée, elle resterait minime dans l’absolu : « cinq cas de gliome attendus dans chaque groupe de 3.000 adultes les moins éduqués, contre six dans chaque groupe de 3.000 adultes les plus éduqués ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous