Océanographie: partenariat France/Québec en matière de biologie marine

logo AFP

L’université du Québec à Rimouski (UQAR) et quatre partenaires scientifiques français, dont le CNRS, l’Ifremer et l’Université de Bretagne occidentale (UBO) viennent de créer un laboratoire, très rare en matière de biologie marine, dédié à l’étude des écosystèmes marins côtiers, a annoncé vendredi l’UBO.

Baptisé BeBEST, pour Benthic biodiversity ecology science and technologies, ce laboratoire a pour objectif de mettre en commun les connaissances de ses partenaires en matière de communautés benthiques (organismes vivants du fond de la mer).

Cette création est « assez originale » en matière de biologie marine, a assuré à l’AFP Laurent Chauvaud, chercheur au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et directeur de la nouvelle structure qui rassemblera une trentaine de chercheurs et prendra ses quartiers à Brest, où est regroupée plus de la moitié de la communauté scientifique française des sciences de la mer.

« On va mutualiser les idées, les savoir-faire et les moyens analytiques ou navigants », a-t-il indiqué, soulignant l’importance des coûts des missions océanographiques. « On aura la possibilité d’utiliser beaucoup plus de moyens et d’aller chercher beaucoup plus d’argent aux échelles européenne, nationale, régionale et même de la ville de Brest », a-t-il précisé, assurant que les Québecois pourraient en faire de même.

Les partenaires français de cette initiative sont le CNRS, l’Institut français de recherche pour d’exploitation de la mer (Ifremer), l’UBO, ainsi que l’Institut de recherche pour le développement (IRD).

Les travaux seront axés, dans un premier temps, sur les communautés benthiques du Saint-Laurent et de Saint-Pierre-et-Miquelon. « La combinaison des expertises françaises et québécoises va permettre de comprendre comment les écosystèmes marins côtiers réagissent à l’empreinte humaine », explique la directrice de l’Institut des sciences de la mer de Rimouski (ISMER), Ariane Plourde, sur le site de l’UQAR.

La France et le Québec multiplient les efforts dans la recherche appliquée entre leurs universités et centres scientifiques dans de nombreux domaines comme les nanotechnologies, les écomatériaux, l’environnement ou l’océanographie. Six nouveaux laboratoires associés ont ainsi été récemment créés entre la France et le Québec.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous