Ecolier poignardé près de Lyon: son camarade mis en examen pour « tentative d’assassinat »

logo AFP

Le garçon de 11 ans (bien 11 ans), qui a grièvement blessé au couteau un camarade de classe mercredi devant une école à Vénissieux, près de Lyon, a été mis en examen jeudi pour « tentative d’assassinat », a indiqué à l’AFP une source proche du dossier.

Le garçon qui « a admis la matérialité des faits », a été placé en famille d’accueil, a-t-on précisé de même source.

Scolarisé en CM2 à l’école primaire Anatole France à Vénissieux, l’écolier avait mercredi matin, sous les yeux de plusieurs autres élèves, donné deux coups de couteau -le « second enfoncé jusqu’à la garde »- à un camarade de classe, âgé de 12 ans, qui tentait, selon une source policière, de le racketter.

Touchée grièvement au ventre, la victime avait été immédiatement transportée à l’hôpital entre la vie et la mort. A la mi-journée, les médecins le déclaraient cependant hors de danger.

L’auteur des coups de couteau était, lui, rapidement interpellé sur les lieux de l’agression.

Mineur de moins de 13 ans, l’enfant a fait l’objet d’une retenue judiciaire à la Brigade de Protection des familles à Lyon avant d’être présenté à la justice, jeudi matin.

« Ils ont réglé les choses entre eux et la seule réponse a été la violence. Ca veut dire que la collectivité a échoué et cela me met en colère », avait réagi auprès de l’AFP Michèle Picard, la maire de Vénissieux, évoquant deux élèves qui « n’étaient pas spécialement connus pour des faits de violences ou de racket ».

L’édile avait également indiqué avoir interpellé la ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, dans une lettre pour réclamer des mesures collectives de prévention.

Le groupe scolaire Anatole France accueille 247 élèves de la maternelle au CM2.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous