Enthoven repasse le bac philo en s’interrogeant sur Nuit debout

logo AFP

A quelques jours de l’épreuve du bac philo, l’animateur et professeur Raphaël Enthoven s’interroge dimanche sur Arte, avec une élève de terminale, sur « la légitimité de la révolte » et d’un mouvement citoyen comme Nuit debout.

Nuit debout, né de la colère contre le projet de loi travail, « a mis en évidence le besoin des citoyens de reprendre le contrôle de leur existence », relève Raphaël Enthoven, qui a choisi d’animer cette 200e émission de « Philosophie » diffusée à 12H30 avec Elsa Revcolevschi, une de ses élèves de terminale.

C’est un besoin qui « passe par la parole », explique à l’AFP l’animateur philosophe en soulignant que cette parole doit être « démocratique, publique, conflictuelle, dis-sensuelle ». Lorsque cela est le cas, « il y a une légitimité incontestable à entreprendre ce genre de débat », dit-il.

Or, « quand Nuit debout organise des réunions où des minorités se retrouvent entre elles et excluent les autres, ils reproduisent +l’apartheid+ tout en ayant l’illusion de faire avancer la tolérance », fait-il valoir, en référence à l’expulsion du philosophe Alain Finkielkraut par des membres de ce mouvement qui avait suscité une polémique.

« La lutte est noble mais les moyens employés sont aux antipodes des combats qu’ils mènent », estime-t-il, « ‘Nuit debout nuit à Nuit debout' ».

La philosophie, fait remarquer Raphaël Enthoven, est « une forme de jeunesse de l’esprit », « la capacité à se laisser marquer par les événements comme une feuille blanche ».

C’est « un exercice spirituel » qui nécessite « du travail, de l’abnégation », produit « de l’angoisse, en tout cas au début et n’apporte aucune utilité à l’existence sinon qu’elle se rend indispensable à celui qui la pratique ».

Cette discipline enseigne surtout « que lorsque l’on a des convictions, c’est que l’on n’a rien approfondi », note-t-il.

Pour l’animateur philosophe, aucune matière n’est indigne de la philosophie qui n’est elle-même indigne d’aucun sujet.

Lors de cette émission, Raphaël Enthoven et Elsa Revcolevschi éclairent l’actualité en s’appuyant sur des textes classiques, tels que « Les Frères Karamazov » de Dostoïevski ou « L’Homme révolté » de Camus.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous