Ecole: Copé veut rendre obligatoire le lever du drapeau, la Marseillaise et l’uniforme

logo AFP

Jean-François Copé, candidat à la primaire de la droite, propose mercredi de rendre obligatoire à l’école publique, « pour redonner l’amour de la France », le « lever du drapeau, le chant de la Marseillaise et le port de l’uniforme ».

L’ancien patron de l’UMP veut « redonner l’amour de la France, l’amour de la collectivité, le sentiment de partager une communauté de destin », ce qui pourrait être possible d’après lui si l’on « rend obligatoire le lever du drapeau à l’école (une fois par semaine le lundi matin par exemple ?) » ainsi que « le chant de la Marseillaise » et « le port de l’uniforme dans les écoles publiques », écrit M. Copé dans un texte sur son blog intitulé « remobiliser la nation, transmettons la fierté d’être français ».

« Il ne s’agit évidemment pas de transformer les écoles en casernes (aux Etats-Unis, la pratique du lever de drapeau dans les écoles est courante !), mais d’assumer sans complexe qu’on a trop reculé sur le patriotisme et l’amour de la France », assure le député-maire de Meaux (Seine-et-Marne).

« Cette idée m’est venue en visitant le cours Alexandre Dumas. Dans cette école de Montfermeil (Seine-Saint-Denis), les élèves sont issus à une écrasante majorité de l’immigration récente. L’équipe pédagogique a décidé de transmettre l’amour de la France à des personnes qui, par leur trajectoire familiale, connaissent mal notre pays, avec des cérémonies de lever de drapeau et un uniforme obligatoire. C’est une réussite plébiscitée par les parents et les enfants ! Inspirons-nous en ! » précise -t-il.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous