Touraine: le respect du repos de sécurité des internes « s’impose à tous »

logo AFP

Le gouvernement a rappelé mardi aux établissements de santé qu’ils risquent des sanctions en cas de non-respect du repos de sécurité des internes, instauré en 2002, et qui « s’impose à tous ».

Dans une circulaire diffusée mardi, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, et le secrétaire d’Etat à l’Enseignement supérieur et à la Recherche, Thierry Mandon, ont rappelé aux établissements fautifs qu’ils risquent le retrait des agréments des services pour former ces jeunes médecins, c’est-à-dire la perte de leur droit à recevoir des stagiaires.

Le repos de sécurité instaure une pause de 11 heures à l’issue d’une garde de nuit pour empêcher à l’interne de travailler plus de 24 heures d’affilée.

« Les internes sont un maillon essentiel du système de soin. Le respect du repos de sécurité de ces jeunes médecins est un sujet prioritaire et doit s’imposer à tous, en ville comme à l’hôpital. Aucune entorse à ces règles ne doit être tolérée », a déclaré Marisol Touraine dans un communiqué.

Thierry Mandon a souligné que le non-respect de la loi remet en cause « la sécurité des patients et des internes ».

Ces médecins en devenir passent encore trop d’heures dans les hôpitaux: plus de soixante en moyenne par semaine, loin des 48 heures fixées par la législation européenne. Leur temps de travail a ainsi été redéfini, via un décret publié fin février 2015 pour répondre aux injonctions de Bruxelles.

Leur emploi du temps est passé de 11 demi-journées à 10, dont 8 à l’hôpital (contre neuf auparavant). Une demi-journée doit être consacrée à leur formation à la fac, quand une autre, dite de « temps personnel », peut faciliter la rédaction de leur thèse. Mais les hôpitaux tardent à appliquer ces mesures.

Le suicide en février de Maxime, interne de 27 ans formé à Marseille, a créé l’émoi dans la communauté médicale et posé à nouveau la question des conditions de travail des internes.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous