Saint-Malo: « pas normal que des élèves soient blessés » (Vallaud-Belkacem)

logo AFP

Najat Vallaud-Belkacem a jugé dimanche sur France 3 « pas normal que des élèves soient blessés » dans « une manifestation pacifique », trois jours après une intervention policière devant un collège à Saint-Malo (Ille-et-Villaine).

Une douzaine de fonctionnaires de police de Saint-Malo sont intervenus vigoureusement jeudi matin devant le collège Surcouf, alors que de nombreux collégiens ainsi que des parents y étaient rassemblés, pour ouvrir les grilles de l’établissement, fermées par une chaîne la nuit précédente pour protester contre la fermeture annoncée de l’établissement. Selon l’inspecteur d’académie, trois collégiens blessés ont été amenés à l’hôpital, « un de 6e et deux de 3e ».

A la question de savoir si elle allait demander une enquête, la ministre de l’Education nationale a répondu dimanche: « j’ai demandé à ce que les informations exactes sur la façon dont l’intervention s’est passée me soient fournies ».

« Je déplore cet épisode, ces images sont terribles », a-t-elle dit. « Il faut savoir qu’il s’agissait d’ouvrir la grille d’un collège qui avait été cadenassée par des manifestants, pour que les élèves ne restent pas attroupés dans des situations d’insécurité dehors ».

« En effet, ce n’est pas normal que des élèves soient blessés dans ce genre de manifestation pacifique », a-t-elle déclaré, alors que sur Twitter certains membres de la communauté éducative ont critiqué son absence de réaction sur ce sujet depuis jeudi.

L’intervention policière « a causé un profond émoi chez les enfants dont beaucoup sont partis choqués et apeurés », a souligné de son côté vendredi la fédération de parents d’élèves FCPE.

Au lendemain de cette intervention, l’absentéisme s’est élevé à 40% vendredi dans ce collège, les parents préférant garder leurs enfants à la maison.

Le Conseil départemental d’Ille-et-Vilaine a décidé mardi la fermeture à la rentrée 2017 du collège Surcouf, le seul des quatre collèges publics de Saint-Malo classé en Réseau d’éducation prioritaire, où sont scolarisés 250 élèves, pour des raisons de rationalisation des effectifs.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous