Législatives: Vallaud-Belkacem souhaite être candidate à Villeurbanne

logo AFP

La ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, a confirmé dimanche sur France 3 son souhait d’être candidate à Villeurbanne (Rhône) aux élections législatives de juin 2017, mettant ainsi fin à des mois de rumeurs.

« Oui, je le souhaite (ndlr: d’être candidate) si les militants en décident ainsi », a répondu la ministre dans l’émission politique « 12/13 dimanche », interrogée sur sa volonté de se présenter à la prochaine députation.

« Il y a des modalités de désignation au sein du PS qui sont très claires. Mais je le souhaite. C’est là que je suis en effet installée et ancrée et que je mène mes combats politiques », a-t-elle souligné.

Mme Vallaud-Belkacem pourrait donc briguer la succession de Pascale Crozon, la députée PS de la 6e circonscription du Rhône, qui ne se représentera pas et qui soutient Mme Vallaud-Belkacem dans cette perspective. Au même titre que Jean-Paul Bret, le maire socialiste de Villeurbanne depuis 2001.

En outre, l’ancienne ministre des Droits des femmes et ex-porte-parole du gouvernement est loin d’être une inconnue dans le paysage politique local.

Mme Vallaud-BelKacem, 38 ans, a débuté en 2004 comme conseillère régionale en Rhône-Alpes avant de devenir conseillère générale du canton de Monchat (Rhône) puis, en 2008, conseillère municipale à Lyon et adjointe au sénateur-maire PS de la ville, Gérard Collomb.

Seul point noir dans son ascension politique lyonnaise, son échec aux législatives de 2007 dans la 4e circonscription, très favorable à la droite, face à l’ancien ministre des Transports UMP Dominique Perben.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous