Toujours inondée, la Seine-et-Marne attend une légère décrue mais la Seine continue à monter

logo AFP

La décrue s’amorçait lentement jeudi dans le centre-ville de Nemours (Seine-et-Marne), sous l’eau en raison de la crue exceptionnelle du Loing, mais la situation reste préoccupante dans le département, toujours en vigilance rouge inondations.

« A Nemours, la baisse a commencé, on a perdu 20-25 cm depuis ce matin », a déclaré Jean-Luc Marx, préfet de Seine-et-Marne, en recevant le Premier ministre Manuel Valls venu visiter un gymnase de la ville où 250 habitants ont été hébergés pour la nuit.

En revanche, « à Melun, la Seine continue de monter », a ajouté-t-il ajouté, tandis que de fortes pluies ont repris jeudi matin.

La préfecture précise dans un communiqué que « 2.226 interventions sont comptabilisées et 4.207 personnes ont été évacuées depuis le début de la crise ». Plus de 250 pompiers sont sur le terrain, a ajouté leur responsable départemental.

Près de 8.000 personnes étaient privées d’électricité jeudi matin, selon la préfecture.

Aucune victime n’est à déplorer, a assuré une source policière. Le décès d’une octogénaire, dont le corps a été retrouvée mercredi dans son pavillon inondé de Souppes-sur-Loing, n’est « pas lié » à la crue, ont affirmé jeudi matin le préfet et la maire de Nemours Valérie Lacroute à Manuel Valls, expliquant que cette dame ne donnait pas signe de vie depuis plusieurs jours.

Dans cette ville de 13.000 habitants, privée en partie d’eau potable et d’électricité, « environ 2.000 personnes ont été évacuées » dont une vingtaine secourus « dans la nuit dans le cadre de patrouilles faites en barque par la protection civile et des bénévoles », a ajouté la maire.

« Ce matin, je pense qu’on va aller récupérer des gens qui ont passé la nuit dans le noir », a-t-elle confié.

Plus en aval, au Moret-sur-Loing, « ça monte toujours, on n’a pas encore atteint le niveau de la crue de 1910 mais on y est presque », a rapporté le maire Patrick Septiers, joint par l’AFP en début de matinée.

Rendus célèbres par les tableaux des impressionnistes, « les moulins sur les îles ont de l’eau jusqu’aux toitures », a décrit l’édile de la commune où 150 à 200 personnes ont du être évacuées depuis mercredi.

Il s’inquiète de l’accès à l’eau potable: « Nos pompes ne fonctionnent plus et on ne pourra pas les remettre en état tout de suite. On a 24 heures de réserve ».

La préfecture a décidé de prolonger jusqu’à samedi la fermeture des établissements scolaires dans près de 70 communes de tout le département.

Près de 80 axes routiers sont coupés en raison des débordements de ruisseaux et de rus, en particulier dans le nord.

Le président du conseil départemental, Jean-Jacques Barbaux, a annoncé son intention de débloquer 600.000 euros, en plus du fonds d’urgence d’un million d’euros proposé par la présidente de l’Île-de-France Valérie Pécresse.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous