Seine-et-Marne: filmé par une écolière, un surveillant scolaire mis en examen pour atteinte sexuelle

logo AFP

Un surveillant scolaire de Coulommiers (Seine-et-Marne) a été mis en examen et écroué pour atteintes sexuelles sur des enfants fin mai, sur la base d’une vidéo filmée à son insu par une écolière de 10 ans, a-t-on appris de sources concordantes.

Le 19 mai, la direction d’une école élémentaire de Coulommiers est alertée par les parents d’une élève. Celle-ci a filmé le jour même l’homme de 34 ans, animateur du service Enfance de la ville, pratiquant des attouchements sur des élèves durant le temps de restauration scolaire, selon Le Parisien.

Placé en garde à vue le lendemain matin, l’animateur a été mis en examen pour des faits « d’agressions sexuelles sur mineurs de 15 ans par personne ayant autorité », a indiqué mardi à l’AFP le parquet de Meaux. Celui-ci a obtenu le placement en détention provisoire du mis en cause, qui a fait appel.

Informée par la direction de l’école et l’Education nationale le jour des faits, la municipalité a suspendu l’agent de ses fonctions, indique le député-maire Franck Riester, dans une lettre adressée aux parents d’élèves.

L’homme, employé depuis 14 ans par la commune, « n’avait pas fait l’objet de reproches spécifiques » auparavant, ajoute la mairie, qui a mis en place une cellule psychologique dans l’école concernée.

« Jusqu’à la fin de l’année scolaire, ce sont systématiquement deux animateurs qui assureront l’encadrement de chaque activité proposée dans le cadre des accueils » d’enfants organisés sous la responsabilité de la ville, conclut le maire dans son courrier.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous