Plusieurs manifestations en marge de l’inauguration de la Cité du Vin par Hollande

logo AFP

Près d’un millier d’opposants à la loi travail et des militants écologistes anti-pesticides se sont rassemblés mardi à proximité de la Cité du Vin à Bordeaux, au moment où François Hollande inaugurait le bâtiment, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Les opposants à la loi travail, réunis à l’appel de plusieurs syndicats (CGT, FO, FSU, Solidaires, l’UNEF, FIDL), avaient annoncé qu’ils souhaitaient « accueillir » le chef de l’Etat lors de sa visite à Bordeaux. Rassemblés sur les quais de la Garonne, les manifestants étaient cantonnés à environ 500 mètres du bâtiment, derrière des barrières et un cordon de gendarmes mobiles, a constaté l’AFP. Parmi eux, le syndicaliste CGT et candidat à la présidentielle pour le Nouveau Parti anti-capitaliste (NPA) Philippe Poutou.

Des membres de la CGT du secteur de l’énergie ont tenté un coup d’éclat avec une coupure de courant dans le quartier juste avant l’allocution du chef de l’Etat. Si la coupure d’électricité a bien touché certaines salles du bâtiment, dont la salle de presse, elle n’a eu aucune incidence sur la visite et le discours du chef de l’Etat dans l’auditorium, qui se poursuivaient normalement, selon plusieurs journalistes de l’AFP.

« Il y a bien eu une coupure d’électricité, mais un groupe électrogène a pris le relais dans les espaces publics », a confirmé une responsable de la communication de la Cité du Vin.

« Le président est dans le noir », avait affirmé peu avant Corinne Versigny, secrétaire générale de la CGT Gironde, parmi les manifestants. Cette action-surprise a également été revendiquée dans un communiqué par la Fédération nationale CGT des mines et de l’énergie (FNME).

Des militants écologistes, opposés à l’utilisation des pesticides dans la viticulture, se sont également rassemblés non loin de la Cité du Vin et du rassemblement syndical. Plusieurs organisations écologistes — Les Amis de la Terre Gironde, Générations futures, Info Médoc pesticides, Vigilance OGM 33 — avaient appelé à une « action de désobéissance civile ». Vers 12H30, environ 200 personnes ont organisé un « die-in » en s’allongeant sur la chaussée pour symboliser « les trois millions de personnes empoisonnées par les pesticides chaque année ». « Stop pesticides » était écrit sur une grande banderole noire avec une tête de mort portant un masque à gaz.

Une autre manifestation, rassemblant également des opposants au projet de loi travail, a perturbé la circulation sur la rocade (boulevard périphérique)de Bordeaux dans les deux sens à partir de 10H00, provoquant de gros embouteillages. Plusieurs militants du « Collectif de lutte 33 » ont ainsi organisé un barrage filtrant, à la hauteur de Villenave d’Ornon, réclamant le retrait du projet de loi, a-t-on appris auprès du collectif et de la sécurité routière.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous