Guyane : un lycéen en garde à vue après avoir aspergé d’essence un camarade

logo AFP

Un lycéen mineur guyanais soupçonné d’avoir aspergé d’essence un camarade dans un bus scolaire mardi matin a été placé en garde à vue, a-t-on appris de source judiciaire.

De source proche de l’enquête, les deux adolescents, âgés entre 16 et 17 ans, élèves de seconde au lycée Léon-Gontran-Damas de Rémire-Montjoly (10 km de Cayenne), s’étaient battus la veille, lundi, à la sortie de l’établissement.

Mardi matin, l’un des deux est venu prendre le bus scolaire « où il savait qu’il retrouverait l’autre, avec sa petite fiole d’essence et un briquet, donc c’était quelque chose de préparé » a déclaré à l’AFP une source proche de l’enquête.

« L’objectif était la mise à feu puisque d’autres élèves présents dans le bus ainsi que le chauffeur ont vu que l’adolescent avait un briquet », a ajouté la même une source.

Selon un communiqué du procureur de la République de Cayenne mis en ligne mardi soir, au moment des faits le chauffeur du bus « avait constaté de l’agitation au fond du bus et s’était arrêté pour intervenir ».

Toujours selon ce communiqué, le chauffeur « réalisait alors » qu’un adolescent venait d’en asperger un autre « avec de l’essence et tentait d’allumer un briquet pour mettre le feu ».

Le chauffeur serait alors parvenu, toujours selon le parquet, « à désarmer l’agresseur » qui se serait enfui dans un premier temps.

L’auteur présumé a été placé en garde à vue mardi à 9h45 en Guyane (14h45 à Paris). « Il reconnaît les faits et dit avoir voulu se venger de l’altercation de la veille avec la victime. Il regrette son geste disant ne pas avoir pensé aux conséquences », indiquait encore mardi soir le communiqué du procureur, qui n’a pas précisé quelles suites il entendait donner à cette affaire.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous