Les accès au port autonome de La Rochelle bloqué par les dockers

logo AFP

Les dockers bloquaient vendredi les accès au port autonome de La Rochelle, 6e port maritime français, un mouvement qui pourrait être reconduit en soirée pour 24 heures supplémentaires, a-t-on appris auprès de la CGT et d’entreprises au port.

Les dockers, au nombre de 120 environ en fin de matinée, ont commencé jeudi après-midi leur blocus des accès routiers au port, en contestation de la loi travail, a indiqué à l’AFP Yvonne Gaborit, présidente de l’Union départementale-CGT de Charente-Maritime. Le blocage devrait durer « au moins jusqu’à ce (vendredi) soir, lorsqu’ils se prononceront sur la poursuite du mouvement pour 24 heures ».

« Il n’y a aucun mouvement sur les quais », a confirmé à l’AFP en fin de matinée vendredi la société d’importation de bois exotiques Abex. » Les accès sont totalement bloqués. Seuls les piétons peuvent entrer dans la zone portuaire. »

La direction du port autonome se refusait à communiquer vendredi sur la situation.

Le mouvement des dockers n’avait pas d’impact immédiat sur les carburants: si l’approvisionnement des dépôts pétroliers est de fait bloqué par le mouvement, les dépôts, qui ont des stocks très importants, peuvent en revanche continuer d’alimenter les camions-citernes. Les deux principales entreprises de distribution, Picoty et SDLP, sont en effet situées hors du périmètre du port autonome.

Jeudi déjà, les dockers avaient tenté d’interdire l’accès aux dépôts pétroliers, mais en avaient été empêchés par la police. « Aujourd’hui ils sont retranchés sur leur base », c’est-à-dire le port, a-t-on indiqué de source policière. « Ils ont déposé un préavis de grève de 48 heures le 26 mai. Potentiellement, le blocus peut donc durer jusqu’au 28 mai à minuit ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous