Recherche: pas de coupes budgétaires dans les labos (Mandon)

logo AFP

Le secrétaire d’Etat à l’Enseignement supérieur et à la Recherche Thierry Mandon a affirmé mardi que les efforts demandés en 2016 à la Recherche sont des « mesures techniques » qui ne toucheront pas les programmes en cours dans les laboratoires.

La communauté scientifique est en émoi en raison d’un projet de décret annulant notamment 256 millions d’euros de la Mission interministérielle recherche et enseignement supérieur (Mires), dont 134 millions d’euros de subventions allouées aux organismes de recherche (CEA, CNRS, Inra, Inria).

Sept prix Nobel français et un lauréat de la Médaille Fields ont déploré lundi la décision du gouvernement de procéder à d’importantes annulations de crédits pour la recherche, qui « s’apparentent à un suicide scientifique et industriel ».

« Il est vrai qu’il y a eu des projets de récupérer un peu de sous pour financer des dépenses nouvelles » décidées par le gouvernement, a dit M. Mandon, invité du rendez-vous Indés-LCI-Metronews.

« Nous avons travaillé avec Bercy et nous avons trouvé la façon de gérer ça. Il y aura quelques mesures techniques » (…) « mais il n’y aura aucun programme touché, aucun chercheur qui devait être recruté et qui ne sera pas recruté », a-t-il affirmé.

« La réalité pour les chercheurs et pour les laboratoires, c’est qu’il n’y aura aucune coupe de budget, contrairement » à l’une des pistes envisagées au départ, a-t-il ajouté.

Le secrétariat d’Etat à l’Enseignement supérieur et à la Recherche estime être parvenu à éviter une réduction du budget annuel des organismes de recherche.

Il a fait prévaloir auprès de Matignon la solution qui consiste à piocher dans les fonds de roulement disponibles des organismes de recherche.

Les fonds de roulement permettent notamment aux organismes de recherche de mettre de l’argent de côté pour des projets futurs.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous