Le tabagisme passif sévit dans les lycées et universités

logo AFP

Les lycéens sont particulièrement exposés au tabagisme passif qui touche aussi les bars, restaurants et discothèques malgré l’interdiction de fumer dans ces lieux instaurée en France en 2007 et 2008, selon une étude publiée mercredi.

Le tabagisme passif est le fait d’inhaler involontairement la fumée dégagée par un ou plusieurs fumeurs. Il comporte des risques pour la santé en augmentant par exemple d’environ 25% le risque de cancer du poumon chez les non-fumeurs. Chez les enfants exposés, les risques d’infections respiratoires et d’asthme augmentent respectivement de 55% et 32%.

Près des trois quarts des élèves et étudiants de plus de 15 ans déclarent avoir été exposés à la fumée de tabac des autres « à l’école, au lycée, à l’université », précise cette étude publiée dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l’Institut de veille sanitaire (InVS) en amont de la journée mondiale anti-tabac le 31 mai.

« Les expositions aux abords des établissements ont été probablement en partie comptabilisées. Ce résultat reste néanmoins préoccupant », notent les auteurs de l’enquête.

Les fumeurs étaient plus souvent exposés (88,1%) que les non-fumeurs (70,1%), ce qui peut s’expliquer « par un phénomène de groupe » lors de rassemblement à l’intercours, commentent-ils.

Le sondage a été mené par l’Institut Ipsos du 11 décembre 2013 au 31 mai 2014 auprès d’un échantillon représentatif de la population âgée de 15 à 75 ans.

« Si l’interprétation précise de ces résultats doit rester prudente, ils montrent sans ambiguïté que la lutte contre la débanalisation du tabac dans les lieux d’enseignement doit être une priorité des années à venir », estime Benoît Vallet, Directeur général de la santé.

L’exposition à la fumée des autres est également élevée parmi les personnes fréquentant les lieux de convivialité, « ce qui suggère un problème (…) de non-respect de l’interdiction de fumer » dans les bars, restaurants ou discothèques, indique par ailleurs cette étude.

Ainsi en 2014, parmi les personnes qui se sont rendues dans un restaurant au cours des 30 jours précédant l’entretien (69,5% de la population), 8,7% ont été exposés à la fumée de tabac à l’intérieur de l’établissement, proportion plus élevée chez les fumeurs (11,0%) que chez les non-fumeurs (7,6%).

Les lieux de travail (à l’intérieur) ne sont pas épargnés par le phénomène puisque 15% des actifs ont dit avoir été exposés à la fumée des autres au moins une fois au cours des 30 derniers jours.

Les taux d’exposition diffèrent toutefois selon la catégorie socioprofessionnelle. Les ouvriers sont les plus concernés (28,2%), tandis que les professions intermédiaires, les employés, et les agriculteurs, artisans, commerçants et chefs d’entreprise sont exposés pour 11 à 16% et les cadres pour 7,1% d’entre eux.

On estime que 1.100 personnes meurent chaque année du fait de l’exposition à la fumée de tabac.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous