Réforme du collège : bilan « très positif » pour les établissements pionniers

34 collèges de l'académie de Toulouse ont expérimenté cette année la réforme du collège, avant la généralisation à la rentrée 2016.

élèves collège

© Kzenon – Fotolia

Dans l’académie de Toulouse, 34 collèges « pionniers » ont mis en place les dispositifs de la réforme du collège, un an avant leur généralisation à tous les établissements. Et le premier bilan est « très positif », selon le directeur de cabinet adjoint de la rectrice de Toulouse, qui relève toutefois de « nombreux tâtonnements » et un « besoin d’accompagnement » des enseignants.

Certains enseignants « un peu en difficulté »

Ces collèges pilotes ont notamment expérimenté les très polémiques Enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI). Au collège Jean Gay de Verfeil, quatre EPI ont été mis en place cette année, et ils « fonctionnent bien », selon le principal David Marcos.

Toutefois, certains enseignants qui n’avaient jamais pratiqué l’interdisciplinarité ont été « un peu en difficulté pour discuter avec les collègues », pour savoir à quel moment ils devaient reprendre la progression, par exemple, souligne le chef d’établissement. Il relève que d’autres enseignants n’ont pas participé aux EPI à cause, entre autres, de « la peur de parler avec les collègues de pédagogie ». Mais ils ont « vu vivre les EPI et ça les a énormément rassurés, réconfortés », assure-t-il.

Un gros travail de préparation « nécessaire »

Sandrine Limbert, enseignante de sciences physiques dans l’établissement, a expérimenté un EPI Sciences/EMC basé sur un jeu de rôle pour faire comprendre le fonctionnement de la justice aux élèves. Et elle se montre également assez enthousiaste. Les élèves adhèrent « tout de suite », l’acquisition des connaissances est « très satisfaisante », indique-t-elle, mais il est parfois difficile, en sciences, de trouver les parties du programme adaptées pour proposer un scénario. Ce que reconnaît Benjamin Paul : « À ce stade, les enseignants soulignent la nécessité d’un important travail de préparation », explique-t-il.

Sur Eduscol, les établissements ont publié des fiches présentant les projets mis en oeuvre dans le cadre de l’expérimentation : plus-value, moyens mobilisés ou encore difficultés rencontrées. Ces expériences pourront, comme l’évoquait le ministère il y a quelques temps, servir de ressources à d’autres équipes pédagogiques.

Prévue pour entrer en application à la rentrée 2016, la réforme du collège s’attire toujours les critiques de nombreux enseignants . Il y a quelques jours, le syndicat Snes-FSU avait invité les professeurs à se rassembler à Paris pour fêter le premier anniversaire de leur lutte contre le dispositif.

Source(s) :
  • AEF, ac-toulouse.fr, Eduscol, BFMtv, humanite.fr

8 commentaires sur "Réforme du collège : bilan « très positif » pour les établissements pionniers"

  1. pierre  23 mai 2016 à 18 h 17 min

    « Bilan très positif »….avec beaucoup de difficultés…. et pas de commentaires des profs de langue…en particuliers d’allemand et de latin….Signaler un abus

    Répondre
  2. jean  23 mai 2016 à 18 h 49 min

    « À ce stade, les enseignants soulignent la nécessité d’un important travail de préparation »

    traduction: travail plus pour gagner moins…Signaler un abus

    Répondre
  3. Castaing  23 mai 2016 à 19 h 32 min

    Quelle farce !Signaler un abus

    Répondre
  4. pierre  24 mai 2016 à 10 h 08 min

    Bilan de la réforme: effondrement du nombre d’inscrits au C.A.P.E.S de lettres classiques et d’allemand.
    Cette conséquence de la réforme du collège va entrainer la disparition du latin et de l’allemand au collège.Signaler un abus

    Répondre
  5. Loys Bonod  24 mai 2016 à 10 h 29 min

    Tout ceci est bien nébuleux : un « bilan positif » ne reposant que sur des impressions subjectives, avant même la fin de l’année, et essentiellement celles des cadres devant mettre en place la réforme…On aurait effectivement aimé connaître le sentiment des collègues d’allemand ou de lettres classiques dans ces établissements (dont la liste n’est pas communiquée).

    S’agissant de l’exemple donné, de nombreuses questions se posent : l’artificialité de l’interdisciplinarité est ici évidente (« le fonctionnement de la justice » n’entrant pas dans le programme de sciences physique, le lien avec « l’additivité des tensions » semble bien factice). On se demande par ailleurs à quelle thématique peut correspondre (« Corps, santé, bien-être, sécurité » ou « Information, communication, citoyenneté » ?)

    Il faut surtout rappeler que les thématiques sont imposées avec un horaire annuel : ce professeur de sciences physiques a-t-il consacré 1/2h ou 1h chaque semaine pendant toute l’année à cet EPI ? Rappelons enfin que, dans la réalité pratique de la réforme et pour des raisons évidentes d’organisation, les équipes interdisciplinaires, les thèmes, les niveaux concernés ne sont pas nécessairement choisis par les professeurs (voire leur sont tout simplement imposés), comme c’est ici le cas. Qu’aurait donc fait cette collègue si on lui avait imposé un autre niveau ou le travail avec une autre discipline ?

    A noter d’ailleurs que les programmes de physique-chimie n’ont pas même été conçus en interdisciplinarité avec les mathématiques…

    Bref, un exemple tout à fait isolé et bien problématique. Certainement pas un modèle…Signaler un abus

    Répondre
    • PC  24 mai 2016 à 19 h 54 min

      !!! La police scientifique et donc les méthodes scientifiques ont à voir pour comprendre le fonctionnement de la justice, à moins que les décisions se basent uniquement sur de l’air (dioxygène, diazote, ondes sonores… 🙂 …)
      !!! « Les programmes de physique-chimie n’ont pas même été conçus en interdisciplinarité avec les mathématiques ». Effectivement, les mathématiques s’accaparent progressivement mais surement la physique « les grandeurs et mesures (calcul de la vitesse moyenne, conversions) » . Pourquoi feindre alors des efforts d’interdisciplinarité ? Il faut bien consolider son règne.Signaler un abus

      Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous