Contre le décrochage, l’Ile-de-France veut des lycées ouverts au monde de l’entreprise

logo AFP

Immersion des enseignants en entreprises, intervention d’acteurs du monde économique dans les lycées, développement des campus de métiers: la Région Ile-de-France a adopté vendredi une délibération pour rapprocher les lycées du monde de l’entreprise pour lutter contre le décrochage et le chômage.

« Nous voulons faire tomber les murs entre l’éducation et l’entreprise », a expliqué la présidente de la Région Valérie Pécresse (Les Républicains), en séance plénière. « Il faut permettre aux jeunes lycéens de commencer leur orientation dès le lycée ».

La Région veut aussi favoriser l’accès aux stages en entreprises et sensibiliser les jeunes à l’entrepreneuriat.

L’opposition a dénoncé une « philosophie libérale du texte » (Front de gauche), « un rapport vide » (PS), « des déclarations et des slogans » (EELV), et une volonté « de contourner l’Éducation nationale (Radicaux de gauche) », le FN déplorant de son côté « un excès d’annonces et de communication ».

« Il ne s’agit pas de privatiser les lycées », mais « de donner une image positive de l’entreprise », a déclaré le groupe Les Républicains.

L’Ile-de-France compte chaque année 30.000 jeunes décrocheurs (sur environ 500.000 lycéens dans le public et le privé), et 8% seulement font l’objet d’un suivi, avait souligné la veille la vice-présidente en charge de l’Éducation Agnès Evren.

Pour « réduire le nombre de décrocheurs », la Région veut aussi « faire du sur-mesure », renforcer le tutorat (étudiants, salariés, retraités, anciens élèves, etc. ), mieux assurer la transition collèges-lycées en valorisant notamment les filières professionnelles, améliorer le repêchage des décrocheurs via « un prestataire de service » et développer les structures d’aides aux jeunes décrocheurs, comme les micro-lycées, les lycées du soir ou les écoles de la deuxième chance.

« Un véritable arsenal contre le décrochage », selon LR, « une vision fausse des causes du décrochage qui fait preuve de biais idéologiques », selon EELV, des propositions « insuffisantes mais qui vont dans le bon sens », selon le FN. Pour le PS, la droite « revient en arrière » par rapport au plan contre le décrochage mise en place en 2013, par la précédente majorité.

La Région va également « récompenser l’effort », en instaurant des bourses au mérite (900 euros) pour les bacheliers issus de famille à faible revenu ayant obtenu une mention très bien et des bourses de la seconde chance (900 euros) pour les non bacheliers, « bien peu pour reprendre des études » selon les Radicaux de gauche.

La région a également adopté l’expérimentation d’un budget d’autonomie pour une dizaine de lycées volontaires, « une petite révolution », selon Valérie Pécresse, pour permettre aux établissements « plus de réactivité et de souplesse ». Un « programme innovant » selon le Modem, « dangereux » selon le PS.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous