Mandon soutient Black M contre le FN et sa « police de la pensée »

logo AFP

Le secrétaire d’Etat à l’Enseignement supérieur Thierry Mandon a soutenu dimanche le rappeur Black M, dont le concert prévu lors des cérémonies de Verdun a été annulé, accusant le Front national de vouloir imposer une « police de la pensée ».

« La mobilisation du Front national contre ce chanteur est indécente, grave et annonciatrice de comportements sur le rapport à la culture de cette formation politique », a déclaré Thierry Mandon au Grand jury RTL/Le Figaro/LCI, condamnant « la police de la pensée que tend à organiser le FN ».

« Fondamentalement », ce parti « déteste la culture parce qu’il déteste la liberté d’expression », a dénoncé le ministre.

Le rappeur, membre du groupe Sexion d’Assaut, devait se produire le 29 mai, après la cérémonie de commémoration de la bataille de Verdun, à laquelle sont attendus le président François Hollande et la chancelière Angela Merkel.

Mais après plusieurs jours de polémique, alimentée par de nombreux élus essentiellement d’extrême droite et de droite qui s’indignaient de certaines paroles du chanteur, le maire PS de Verdun Samuel Hazard a annulé le concert, justifiant cette annulation par des « risques forts de troubles à l’ordre public ».

« J’aurais aimé que Black M chante pour la République française », a affirmé Thierry Mandon, soulignant l' »audience extraordinaire » du rappeur auprès de la jeunesse.

Critiquant le FN qui « prétend décerner des brevets de patriotisme », le secrétaire d’Etat a rappelé que le chanteur « n’a jamais été condamné à quoi que ce soit ». « En plus, sa famille fait partie de l’histoire de France – c’est peut-être ça d’ailleurs qui gêne le Front national – puisque que son grand-père tirailleur sénégalais a fait la guerre de 14 », a-t-il ajouté.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous