Cocktails Molotov dans une école d’optique à Rennes: un homme de 24 ans mis en examen

logo AFP

Un homme de 24 ans a été mis en examen dimanche pour « violences volontaires avec arme commises avec préméditation » et « dégradations volontaires par incendie » après le jet de deux cocktails molotov qui n’avaient pas fait de blessé dans une école d’optique, début avril à Rennes, a-t-on appris auprès du parquet.

Sur les conseils d’un ami, l’homme « s’était spontanément rendu au commissariat de police » samedi, a indiqué dans un communiqué le procureur de la République, Nicolas Jacquet.

En garde à vue, l’intéressé « a expliqué avoir commis les faits parce qu’il était +désespéré+ et +voulait mettre fin à ses jours ». Son objectif était, selon ses propres termes, de faire +un coup d’éclat+ en se +faisant passer pour un pseudo terroriste+ et ainsi se +faire tuer par la police+ », a précisé le magistrat.

Titulaire d’un BEP de monteur-vendeur opticien, « il se trouvait au moment des faits sans emploi après avoir démissionné de son précédent poste dans une boutique d’optique parce qu’il +n’allait pas bien+ », a ajouté M. Jacquet.

Le jeune homme avait pris pour cible cet institut d’optique parce qu’il y avait passé les épreuves de BTS et connaissait donc les lieux. Il a été placé sous mandat de dépôt. L’information judiciaire devra notamment permettre d’approfondir ses motivations et sa personnalité au travers d’expertises psychologique et psychiatrique, souligne le communiqué.

Le 8 avril au matin, une personne casquée s’était introduite dans l’institut d’optique où elle avait jeté deux cocktails molotov dans les locaux au rez-de-chaussée, provoquant un début d’incendie rapidement maîtrisé, avant de s’enfuir.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous