La plume à poil, pour un apprentissage ludique de l’orthographe

Depuis 2013, Sandrine Campese publie avec le soutien du Projet Voltaire des livres permettant d’apprendre l’orthographe et la grammaire de manière ludique. Rencontre avec cette « timbrée de l’orthographe ».

Sandrine Campese

Sandrine Campese

Quel est votre parcours ?

Des études à Sciences Po Aix-en-Provence ont confirmé chez moi le goût de l’écrit, puis je me suis orientée vers la communication politique. Là encore, ce qui me plaisait, c’était l’écriture. Puis en 2011 j’ai créé mon blog « La plume à poil ». Je m’étais habituée à noter sur un carnet des fautes mais aussi des tournures de phrases qui me plaisaient, des figures de style, des étymologies, que je publiais sur le blog. J’avais créé une rubrique qui s’appelle Orthotweet, où j’expliquais des règles de français en 140 caractères maximum. L’idée était d’intéresser les gens (surtout les jeunes) qui s’expriment dans un format très court, avec un clin d’œil aux réseaux sociaux, car la concision de ce format peut entraîner les fautes d’orthographe.

Un jour, j’ai découvert le magazine « Les Timbrés de l’orthographe ». Après l’avoir dévoré, j’ai décidé de contacter le rédacteur en chef pour lui parler de mon blog. Ce dernier, également directeur des Éditions de l’Opportun, a eu un coup de cœur pour Orthotweet et m’a dit qu’il était prêt à publier un livre sur le sujet. Voilà comment tout a commencé !

En parallèle de mon activité d’auteur, je travaille pour le Projet Voltaire depuis 2 ans.

Quel est votre rôle au sein du Projet Voltaire ?

J’ai plusieurs casquettes ! Je m’occupe du volet réseaux sociaux et blog, où j’écris des billets sur les mots, comme je le faisais sur La plume à poil. J’anime également le blog du Projet Voltaire en modérant les commentaires des lecteurs qui posent beaucoup de questions. Cela me permet d’apprendre perpétuellement, grâce aux internautes. Je suis également coach en orthographe : j’accompagne les personnes qui se remettent à niveau avec le programme Projet Voltaire. C’est un honneur de travailler dans cette structure, et j’invite tous les amoureux de la langue française à nous suivre sur les réseaux sociaux, pour réapprendre l’orthographe de manière ludique !

Orthotweet, paru aux Éditions de l'Opportun - 9,90€

Orthotweet, paru aux Éditions de l’Opportun – 9,90€

Vous avez lié tweet et orthographe, que pensez-vous du concept de la Twictée ?

Je trouve que c’est une très bonne initiative ! Cela permet de moderniser l’enseignement, car tous les enfants sont déjà connectés sur les réseaux sociaux. Nous sommes en train de réfléchir à un format de ce type avec le Projet Voltaire, pour inviter les adeptes des 140 caractères à réviser les règles d’orthographe et de grammaire.

Comment vous est venue l’idée d’utiliser dans vos livres le cinéma et les séries TV pour apprendre l’orthographe ?

Les exemples classiques des livres de grammaire (type Bescherelle) m’ennuyaient ! Avant d’écrire un livre, je me demande quelle entrée je peux trouver pour emmener les gens vers le français. Dans Zéro faute grâce au cinéma, l’entrée était les titres de films. Il n’a pas été facile de sélectionner les titres mis en exergue, ainsi que tous les exemples à l’intérieur. L’idée est de moderniser l’apprentissage du français, avec des exemples familiers. Ainsi, le lecteur peut apprendre ce qu’est une allitération avec Racine mais aussi grâce au film Moi, moche et méchant !

Dans l’apprentissage du français, pensez-vous qu’il faille donner une plus grande place aux fondamentaux, notamment au latin ?

Pour moi, l’apprentissage du français et celui du latin sont intimement liés. Des notions de latin devraient être apprises durant les cours de français, car le système des options avec des horaires supplémentaires ne motive pas les élèves à apprendre les langues anciennes. C’est dommage, car je suis sûre que si l’on expliquait aux élèves l’intérêt majeur qu’a le latin, alors ils s’y intéresseraient. Il y a toujours une raison pour laquelle un mot s’écrit d’une façon et pas d’une autre. Il y a toujours un pourquoi, et les gens aiment savoir ce pourquoi, or le latin permet d’expliquer beaucoup de choses.

La toile s’est enflammée à propos d’une prétendue réforme de l’orthographe. Était-ce justifié ?

Beaucoup de bêtises ont circulé sur cette réforme, notamment sur les réseaux sociaux. L’accent circonflexe ne disparaît pas du tout en soi, il est maintenu sur le « a », le « e » et le « o ». C’est sur le « i « et sur le « u » qu’on a choix de le mettre ou non. Il n’est donc plus obligatoire, sauf dans les cas où l’on peut confondre deux mots. C’est le cas de « jeune » et « jeûne ». Les gens se sont enflammés sur les réseaux sociaux, alors que cette réforme a 25 ans ! Cette rumeur est tombée au mauvais moment, car nous sommes dans un contexte où beaucoup pensent que l’Éducation nationale « nivelle par le bas ». Dans mes livres, je fais en sorte de ne pas utiliser de mots qui sont concernés par cette réforme, pour ne pas avoir à trancher.

Avez-vous des retours de professeurs ou d’élèves qui utilisent vos livres ?

Je sais que 99 dessins pour ne plus faire de fautes a beaucoup plu aux professeurs de français, notamment à ceux de FLE (français langue étrangère), qui l’ont utilisé en classe. Ils ont invité les élèves à trouver leurs propres moyens « mnémographiques » pour retenir l’orthographe des mots. Des professeurs m’ont envoyé les dessins de leurs élèves, ce qui m’a beaucoup touchée. Si cette méthode permet de réconcilier les enfants avec l’orthographe, tout en leur permettant d’être créatif et de s’amuser, alors le pari est réussi !

1 commentaire sur "La plume à poil, pour un apprentissage ludique de l’orthographe"

  1. MAILLET JEAN  12 mai 2016 à 17 h 42 min

    Excellente interview et j’adhère à tout ce que dit Sandrine Campese mais je voudrais revenir sur le mot « réforme » qui est tout à fait abusif. Il n’y a jamais eu de réforme à proprement parler. Les travaux du Conseil supérieur de la langue française, conseil convoqué en 1990 par Michel Rocard, n’ont pas abouti à une réforme au sens strict du terme. Les experts se sont mis d’accord sur un certain nombre de propositions, parues au Journal Officiel mais dans les documents administratifs et non dans les lois et décrets de la République. Elles n’ont donc aucune valeur légale : depuis 1990, il n’y a par conséquent aucune obligation à suivre ce que l’on appelle, à tort, la « nouvelle orthographe ». Rien de nouveau sous le soleil depuis 26 ans et la préconisation de Madame Vallaud-Belkacem n’a pas force de loi.Signaler un abus

    Répondre

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous