Accueil d’étudiants réfugiés: il faut « une politique publique » (Mandon)

logo AFP

En matière d’accueil des étudiants réfugiés, les initiatives individuelles sont « parfois formidables », mais il faut passer à « une politique publique », a estimé mardi le secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur et à la recherche, Thierry Mandon.

Pour cela, il y a un « besoin de lisibilité des dispositifs existants, de simplification des règles administratives, de moyens financiers, parce que les procédures classiques ne sont pas adaptées aux urgences que posent les réfugiés », a-t-il dit à la presse, après la réunion mardi rue Descartes de groupes de travail composés d’étudiants réfugiés, d’associations qui les soutiennent et d’interlocuteurs institutionnels.

Il s’agit de « recenser les initiatives en France, de quantifier le nombre de réfugiés accueillis et au-delà de professionnaliser l’accueil et le soutien social aux réfugies », a-t-il expliqué.

« Il y aura des moyens financiers, probablement limités » pour être accessibles rapidement, a-t-il dit dans un discours.

Une des participantes aux discussions a estimé qu’on avait atteint « les limites du bénévolat », qui « est aussi du bricolage. Les migrants et réfugiés sont là pour rester, ils vont continuer à venir, il faut commencer à anticiper et plus seulement gérer l’urgence », a-t-elle plaidé.

« Les initiatives sont nombreuses, éparpillées, les réfugiés ne sont pas au courant de tout ce qui se passe », a-t-elle souligné, évoquant la nécessité de mettre en place un guichet unique.

Parmi les points à améliorer, plusieurs intervenants ont cité la transition entre statut de demandeur d’asile et de réfugié, souvent privée d’aide financière, la nécessité d’un accueil tout au long de l’année, car « les étudiants exilés n’arrivent pas nécessairement quinze jours avant la rentrée universitaire », ou encore celle de former les personnes qui les accueillent.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous