Tarbes: du sursis pour l’ex-directeur d’une institution catholique

logo AFP

Le tribunal correctionnel de Tarbes a condamné mardi à huit mois de prison avec sursis l’ex-directeur de l’établissement privé d’enseignement catholique Notre-Dame de Garaison à Monléon-Magnoac (Hautes-Pyrénées) pour faux et usage de faux, abus de confiance et escroquerie.

M. Raynal devra également payer 50.000 euros d’amende, plus 412.314 euros de dommages et intérêts à l’association la Garaisonienne et 270.095 euros au Conseil régional Midi-Pyrénées.

Cette condamnation est conforme aux réquisitions lors du procès tenu début mars.

L’affaire avait éclaté en 2009 à la suite d’un audit effectué par un expert-comptable à la demande d’un collectif du personnel de l’établissement, surpris de constater un déficit chronique de l’institution.

Le parquet avait confié l’enquête à la section financière de police judiciaire de Pau.

Lors de sa garde à vue, le directeur avait reconnu avoir fabriqué lui-même des documents grâce à des en-têtes de courriers de la région Midi-Pyrénées offrant des subventions pour un montant de 530.000 euros. Les lettres étaient faussement signées par Martin Malvy, président de région de l’époque.

Ces fausses subventions avaient permis à ce directeur de présenter des comptes équilibrés et d’engager des dépenses.

Le prévenu a également été jugé pour avoir bénéficié de salaires indus pour un montant de 99.000 euros. Le directeur avait été licencié pour faute lourde.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous