Loi Travail: Copé (LR) dénonce les « reculades » aboutissant à une « loi CGT, Unef, Nuit Debout… »

logo AFP

Jean-François Copé a dénoncé mardi les « reculades » du gouvernement aboutissant à une « loi CGT, Unef, +Nuit debout+ » qui « rigidifie » le Code du travail, en défendant au nom des députés LR une motion de rejet préalable du projet de loi travail.

« De reculades en reculades, ce projet de loi qu’on nous annonçait, cette refondation qu’on nous promettait ont disparu et nous sommes face à un texte si dénaturé que nous ne pouvons plus le soutenir », a déclaré l’ancien président de l’UMP dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale, garni d’environ 50 députés à droite et 90 à gauche.

Convaincu de la nécessité de « réformer un Code du travail qui, conçu pour les XIXème et XXème siècles, n’est plus adapté » au XXIème siècle, le député-maire de Meaux a affirmé avoir été, comme ses collègues LR, « prêt » à voter la version de l’avant-projet.

Mais, a-t-il déploré, c’est devenu « une loi qui le rigidifie », car « la loi El Khomri est devenue la loi CGT, la loi Unef, la loi +Nuit debout+… »

« Triste signe d’impuissance de l’exécutif », a lancé ce candidat à la primaire de son camp, glissant, en guise de leçons pour de futurs candidats à l’Elysée, que ce texte était « à l’opposé » de la campagne de François Hollande et « lancé beaucoup trop tard ».

Pour cet orateur LR, les « rares avancées du texte » que sont les « accords de préservation et de développement de l’emploi » et la « clarification du licenciement économique » ne pèsent « pas lourd » face à « la surtaxation du CDD, (au) retour au monopole syndical en matière de négociation collective, (à) la généralisation de l’assistanat pour les jeunes dès 18 ans… »

Ce chantre d’une « droite décomplexée » s’est seulement réjoui d' »une reculade » sur le « communautarisme religieux en entreprise », qu’aurait, selon lui, favorisé l’une des dispositions de l’avant-projet.

« La réforme que nous devons mener se résume à un mot: liberté! », a plaidé M. Copé dans un discours offensif d’environ un quart d’heure.

Comme mesures de liberté, il a proposé de « donner aux chefs d’entreprise qui le souhaitent la possibilité de poser directement par référendum à leurs salariés, sans obligation préalable de consulter les syndicats, une question qui serait tranchée à la majorité simple », de relever les seuils sociaux, d’augmenter le nombre d’heures de travail et d’abaisser l’âge pour l’apprentissage, etc.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous