Salaires : un « parcours de carrière revu » et des enseignants « revalorisés »

Le gouvernement annoncera mardi la revalorisation des salaires de tous les enseignants, en particulier ceux du primaire. Une manœuvre électorale, pour François Bayrou.

enseignante

© Henlisatho – Fotolia

La semaine dernière, nous vous avons demandé, enseignants, ce qu’il faudrait changer dans l’Education Nationale. Vous nous avez répondu, en majorité, qu’il fallait d’abord augmenter les salaires des profs. C’est précisément ce que Najat Vallaud-Belkacem a annoncé ce week-end, dans une interview au JDD.

Selon la ministre, Manuel Valls annoncera mardi 3 mai (lors de la clotûre des Journées de la refondation de l’école de la République), un alignement de “l’indemnité de suivi” des instituteurs, l’ISAE (400 euros par an actuellement), sur celle perçue par leurs collègues du second degré, l’ISOE (1200 euros par an). Une demande formulée depuis longtemps par le SNUipp, syndicat majoritaire des profs des écoles.

Ce “coup de pouce” aux PE devrait coûter 265 millions d’euros par an selon Le Parisien, et devrait être “amorti par la mini-cagnotte constituée après l’enregistrement d’un déficit du PIB moins élevé que prévu en 2015”, estime le JDD.

« Clore ce dossier définitivement » (SNUipp)

Néanmoins, malgré l’augmentation de cette prime (qui devrait être étalée sur plusieurs années, jusqu’en 2018), les profs des écoles demeureront moins bien rémunérés que leurs confrères du secondaire, avec un salaire de 2210 euros en moyenne – contre 2640 pour les profs de collège et de lycée. “Au-delà de l’ISAE, nous allons revoir le parcours de carrière de tous les enseignants en les revalorisant et en les accompagnant mieux”, a garanti Najat Vallaud-Belkacem au JDD.

Au SNUipp, Sébastien Sihr, secrétaire général, demande au gouvernement d’entériner la mesure avant la fin du quinquennat, en 2017. “Je pense qu’il faut clore de manière définitive et satisfaisante ce dossier, et que la seule issue est que l’annonce qui soit faite soit celle de l’égalité. Pour nous, il est hors de question que ce soit un calendrier qui court sur plusieurs années, voire que ça finisse par un engagement hypothétique qui serait renvoyé à une autre mandature”, a-t-il expliqué sur France Info.

Pour Sébastien Sihr, l’alignement des indemnités des enseignants du primaire et du secondaire est “un enjeu moral et stratégique”. Ainsi, note-t-il, toujours sur France Info, “l’attractivité du métier est à la peine, et il faut véritablement susciter des vocations chez les jeunes étudiants qui doivent se préparer à ce beau métier : ça passe évidemment par une augmentation de salaire.”

Une « grande opération clientéliste »

Alors que la présidentielle de 2017 se rapproche, François Bayrou dénonce une manœuvre électoraliste de la part du gouvernement : “je pense que la grande opération clientéliste a commencé depuis des semaines. Elle consiste à essayer de récupérer, catégorie par catégorie, les voix des uns et des autres en signant des chèques dont on n’a pas le premier euro sur son compte”, a-t-il indiqué au micro de RTL.

“On n’est jamais écoutés et on nous donne une aumône. En nous donnant une prime comme ça, je pense qu’on essaye d’acheter des voix, on essaye d’acheter la paix sociale : les élections se profilent en 2017…”, lançait de son côté Marie, professeur des écoles, lors de la manifestation du 1er mai, sur BFM TV.

Partagez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée .

Captcha *

Modération par la rédaction de VousNousIls. Conformément à la loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à CASDEN Banque Populaire, VousNousIls.fr, 91 Cours des roches, Noisiel, 77424 Marne La Vallée Cedex 2.

Recherche dans les archives

Vous