Manifestation Loi travail: le préfet de Bretagne défend l’action de la police

logo AFP

Le préfet d’Ille-et-Vilaine et de Bretagne Patrick Strzoda a défendu samedi l’action de la police à Rennes lors de la manifestation du 28 avril, au cours de laquelle un étudiant a été grièvement blessé à l’oeil, dans une lettre ouverte au président de l’Unef, William Martinet.

« Je veux rétablir la réalité des évènements », déclare dans cette lettre ouverte M. Strzoda, qui réagit à la mise en cause du maintien de l’ordre à Rennes par M. Martinet vendredi.

Ce dernier a dénoncé sur I-télé « des stratégies de la part de la police qui étaient parfois contre-productives », notamment à Rennes et Nantes. « Nous avons des forces de police qui ont fait le choix de rentrer en confrontation pour disperser des cortèges qui étaient parfois pacifistes », a affirmé M. Martinet.

Selon M. Strzoda, le défilé des organisations syndicales ce jour-là s’est déroulé « pacifiquement et sans incident pendant deux heures ».

Mais alors que ce cortège parvenait à son point de dislocation « un groupe de 700 à 800 manifestants s’est désolidarisé du cortège officiel (…) pour aller à la rencontre des forces de l’ordre » qui protégeaient l’hypercentre de Rennes, poursuit le préfet.

« Ce groupe de manifestants était emmené par une centaine d’individus masqués, cagoulés, armés de barres de fer et munis de projectiles divers », ajoute-t-il.

« Sur le trajet, ces manifestants se sont livrés à diverses exactions contre des bâtiments et des équipements publics, avant de venir chercher l’affrontement avec les forces de l’ordre », indique-t-il. « Cette agression délibérée a pris la forme de divers jets de projectiles sur les policiers, parmi lesquels une ancre marine, des billes d’acier, des bouteilles remplies de liquides inflammable, des mortiers d’artifice, des +bombes agricoles+ », détaille M. Strzoda qui indique tenir les enregistrements filmés de la manifestation à la disposition de l’Unef « dans leur intégralité ».

« J’ai donné l’ordre aux forces de sécurité, après les sommations d’usage, de disperser cet attroupement armé », indique le préfet.

« C’est dans ce contexte que trois policiers et un manifestant ont été blessés. Les circonstances dans lesquelles ce manifestant a été gravement blessé à l’oeil seront déterminées par l’enquête de l’IGPN », ajoute-t-il.

Le manifestant, un étudiant de 20 ans en géographie à Rennes 2, a perdu définitivement l’usage de son oeil gauche. Plusieurs étudiants ont affirmé que le jeune blessé à l’oeil avait été victime d’un tir de lanceur de balles de défense (LBD40, successeur plus puissant du Flash Ball, ndlr) utilisé par les forces de l’ordre.

« Je déplore la violence de ces affrontements dont le bilan humain est inacceptable », ajoute M. Strzoda qui invite l’Unef à participer à la réunion préparatoire qu’il organise avant chaque manifestation.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous