Loi travail: échauffourées dans plusieurs villes, quelques lycées bloqués

logo AFP

Des échauffourées ont éclaté jeudi matin entre forces de l’ordre et manifestants près de Paris, à Nantes, Rennes ou encore Lyon, dans le cadre de la journée de mobilisation contre la loi travail.

En banlieue parisienne, entre 60 et 100 jeunes, qualifiés d' »anarchistes » par la police, s’étaient regroupés vers 06H30 à Gennevilliers pour tenter de bloquer le plus important port fluvial de la région parisienne. Ils ont incendié des pneus, avant de prendre le métro en direction de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), pour essayer cette fois de bloquer le dépôt de bus, selon la police.

C’est là qu’ont éclaté les échauffourées qui ont débouché sur deux gardes à vue, une pour violences et l’autre pour port d’un couteau, selon une source policière. Un membre des forces de l’ordre a été légèrement blessé.

Le groupe, qui comptait des étudiants, selon les comptes Twitter des organisations étudiantes, voulait se rendre vers Paris, mais la police, qui a effectué quelque 150 contrôles d’identité, a amené ses membres en bus dans un centre de traitement judiciaire parisien.

L’action a été revendiquée par l’assemblée générale interprofessionnelle de Saint-Denis, composée d' »étudiants, de chômeurs et de salariés », « déterminés à obtenir le retrait de la loi travail ».

A Nantes, un groupe de manifestants a lancé divers projectiles (cailloux, peinture, fumigènes) en direction des forces de l’ordre, qui bloquaient les accès au centre-ville à l’aide d’un camion lanceur d’eau et ont répliqué avec des grenades lacrymogènes. La Brigade anticriminalité (BAC) a ensuite chargé cours Saint-Pierre, interpellant au moins une manifestante, traînée au sol sur plusieurs mètres. Des abribus et une caméra de vidéosurveillance ont été brisés.

A Rennes, des affrontements ont éclaté quand des jeunes ont tenté de gagner le centre historique bloqué par les forces de l’ordre, après la dispersion de la manifestation contre la loi travail qui s’était déroulée dans le calme.

A Lyon, quelque 150 jeunes qui progressaient vers le centre-ville dans la matinée ont lancé des projectiles sur les forces de l’ordre, selon la préfecture. Les policiers ont répliqué avec des gaz lacrymogènes. Trois fonctionnaires ont été blessés et deux manifestants interpellés.

Par ailleurs, les préfectures font état de plus d’une quinzaine de lycées bloqués, totalement ou partiellement, à travers le pays: cinq à Nantes, cinq dans l’académie d’Aix-Marseille, cinq à Lyon, et un à Strasbourg, où des blocages d’établissement étaient prévus à la mi-journée pour « inciter » les jeunes à se joindre à la manifestation, selon Colin Jude, porte-parole du syndicat étudiants Unef dans ce département.

A Nancy, une cinquantaine de lycéens se sont regroupés, avant la manifestation. « C’est un tour de chauffe avant le 3 mai », nouvelle journée annoncée de mobilisation, explique Félix Le Roux, de l’UNL (l’Union nationale lycéenne).

Plusieurs zones sont encore en vacances scolaires: Paris, Toulouse et Montpellier. Les lycées y sont fermés et les universités sont en période de vacances (pour les révisions) ou d’examens.

Dans la capitale, où la manifestation contre la loi travail partira à 14H00, les organisations lycéennes et étudiantes n’avaient pas prévu d’actions particulières en matinée.

burs-fmp/mra/gf

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous