Loi travail: affrontements à Nantes dès le départ de la manifestation

logo AFP

Des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre se sont produits jeudi en fin de matinée à Nantes peu de temps après le départ du défilé contre la loi travail qui réunissait 8 à 9.000 personnes selon la police et plus de 20.000 selon l’intersyndicale.

A la vue des forces de l’ordre, qui bloquaient les accès au centre-ville à l’aide d’un camion lanceur d’eau, un groupe de manifestants a lancé divers projectiles (cailloux, peinture, fumigènes) aux cris de « Nique la BAC » et « Tout le monde déteste la police », les forces de l’ordre répliquant avec des grenades lacrymogènes.

Un peu plus tard, la Brigade anti-criminalité (BAC) a chargé cours Saint-Pierre, interpellant au moins une manifestante qui a été traînée au sol sur plusieurs mètres.

Pour cette nouvelle manifestation, non déclarée en préfecture, les organisateurs ont choisi un parcours qui évite l’hypercentre pour « éviter au maximum les possibilités de casse », selon Fabrice David, secrétaire général de l’union départementale CGT.

Sur le parcours, des abribus mais aussi une caméra de vidéosurveillance ont été brisés. Dans le centre-ville, des commerces, mais aussi établissements bancaires et agences d’intérim arborent des panneaux de bois, pour protéger leurs vitrines après les dégradations commises lors des précédentes manifestations.

Comme le 31 mars, une quarantaine de lycéens assurent le service d’ordre en tête de cortège, munis de gilets jaunes. Ils sont parvenus à faire faire demi-tour à un petit groupe de manifestants qui avait tenté de se diriger vers la mairie et la préfecture en quittant le tracé de la manifestation prévu par l’intersyndicale.

On veut « montrer qu’on est toujours là », déclare à l’AFP une membre du service d’ordre lycéen, Océane, 17 ans. « On a du sérum physiologique (contre les gaz lacrymogènes, ndlr), des trousses de premier secours. On met l’ambiance aussi! Il y aura bientôt les bacs blancs, les partiels pour les étudiants, on passera ensuite le relais », explique la lycéenne.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous