Violences en milieu scolaire à Mayotte: « pas de gravité » selon le délégué ministériel

logo AFP

Le délégué ministériel en charge de la prévention des violences en milieu scolaire, André Canvel, chargé d’une mission à Mayotte, a estimé vendredi à Mamoudzou qu’il y avait des « préoccupations » mais « pas de gravité », concernant la situation mahoraise.

« Il y a sur le territoire mahorais une chance inouïe, c’est que les parents et les enfants accordent à l’école une place primordiale », a dit à l’AFP M. Canvel, quelques semaines après une série d’actes de violence aux abords et à l’intérieur des établissements scolaires de l’île, en février, qui avait poussé les enseignants à exercer leur droit de retrait, les cars à suspendre le ramassage scolaire, et les parents à manifester dans les rues.

M. Canvel a précisé que sa mission consistait à « faire un diagnostic sur la situation à Mayotte des violences en milieu scolaire de manière à pouvoir apporter un soutien à la politique de la vice-rectrice et de tous les acteurs du système éducatif ».

M. Canvel, qui a rencontré jeudi les différents acteurs du milieu éducatif mahorais et les associations, devait faire vendredi le tour de l’île à la rencontre des élus et des cadis (responsables religieux musulmans).

Sur la situation à Mayotte, il juge « qu’il y a des préoccupations mais il n’y a pas de gravité », notamment parce que « la population mahoraise est extrêmement attachée à l’école », et que les acteurs qu’il a rencontrés « sont complètement convaincus que l’école est le lieu privilégié de la prise en charge des problèmes de violence juvénile ».

Face à cette situation, « il ne s’agit pas de créer des nouvelles choses, il s’agit de faire travailler les acteurs du système éducatif mahorais autrement avec les jeunes pour répondre à cette problématique que nous connaissons, qui est nouvelle sur ce territoire, d’une jeunesse qui prend son élan et qui modifie les codes ».

Selon lui, « les problèmes des délinquants juvéniles, de collusion, de mise en gangs des jeunes, sont directement liés à l’absence du père » ou « d’une instance adulte ». « Je pense aujourd’hui que notre société s’est profondément sécularisée, individualisée, atomisée, et l’adulte a oublié son rôle de référent vis-à-vis d’une jeunesse qui en a nécessairement besoin pour devenir adulte ».

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous