Un millier de manifestants à Nantes contre la loi travail, heurts avec la police

logo AFP

Environ un millier de lycéens et étudiants, selon la police, manifestent mercredi après-midi dans le centre de Nantes contre la loi travail, donnant lieu à quelques affrontements avec les forces de l’ordre.

En marge de la manifestation organisée à l’appel de l' »Université de Nantes en lutte » et de la Coordination interlycéenne, quelque 200 personnes, très jeunes pour la plupart, ont détruit des vitrines de commerces en bord de Loire: banques, agences d’intérim et d’emploi, ainsi qu’un restaurant kebab, avant de se heurter aux forces de l’ordre qui ont fait usage de gaz lacrymogènes.

Les manifestants se sont ensuite dirigés vers l’île de Nantes, où des prises de parole étaient prévues.

Le cortège s’était ébranlé vers 14h15 derrière une banderole « Loi travail. Précarité à perpétuité » et aux cris de « Résistance ». Arrivant vers la préfecture de Loire-Atlantique, les manifestants ont scandé « Tout le monde déteste la police » ou encore « Rémi, Zyed, Bouna, on n’oublie pas ».

Le bâtiment administratif a été la cible de jets de projectiles et de peinture.

Les affrontements semblent sans commune mesure avec ceux enregistrés lors de précédentes manifestations dans la capitale des Pays de la Loire. Il s’agit de la huitième manifestation à Nantes depuis le début du mouvement contre la réforme du droit du travail.

Ailleurs dans l’Ouest, à Rennes, entre 250 et 300 étudiants ont défilé à la mi-journée dans le centre-ville dans un calme relatif. Les forces de l’ordre ont bloqué l’accès au centre historique.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous