La CGT ne remet pas en question le rôle « essentiel » de la police (lettre de Martinez)

logo AFP

La CGT ne remet pas en question le rôle « essentiel d’encadrement et de maintien de l’ordre » de la police, mais condamne « avec fermeté » les actes de violence, souligne mercredi son secrétaire général Philippe Martinez, dans une lettre au ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve.

« En aucun cas, nous ne remettons en question le rôle essentiel d’encadrement et de maintien de l’ordre des salariés des professions concernées », écrit-il, au lendemain du tollé politique déclenché par une affiche provocatrice d’un syndicat de la CGT dénonçant les violences policières.

Mais « alors que les étudiants, les salariés, les privés d’emploi, les retraités se mobilisent depuis près de six semaines maintenant, exigeant le retrait du projet de loi El Khomri, nous ne pouvons nier qu’un certain nombre d’épisodes violents émaillent les différentes mobilisations dans le pays », ajoute M. Martinez.

« Des vidéos extrêmement choquantes circulent sur internet montrant des actes d’une intolérable violence envers les jeunes manifestants ».

« Ce que nous condamnons avec fermeté, ce sont ces actes de violence, d’où qu’ils viennent », souligne M. Martinez.

Bernard Cazeneuve a évoqué mardi une campagne « irresponsable et médiocre », dont il avait déjà déploré la veille la « violence » dans une lettre ouverte à Philippe Martinez.

« La police doit protéger les citoyens et non les frapper! », proclame l’affiche, téléchargeable depuis samedi sur le site du syndicat CGT des salariés de l’information et de la communication (CGT-Info’Com).

La CGT est en congrès à Marseille toute cette semaine, un rituel qui a lieu tous les trois ans.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous