« Pas besoin de loi sur le voile à l’université » (Mandon)

logo AFP

« Il n’y a pas besoin de loi sur le voile à l’université », a estimé mercredi le secrétaire d’Etat à l’Enseignement supérieur Thierry Mandon, se distinguant du Premier ministre Manuel Valls qui estime qu’il « faudrait le faire » dans une interview mercredi au journal Libération.

A la question de savoir s’il était favorable à une loi pour interdire le voile à l’université, Manuel Valls juge qu' »il faudrait le faire, mais il y a des règles constitutionnelles qui rendent cette interdiction difficile. Il faut donc être intraitable sur l’application des règles de la laïcité dans l’enseignement supérieur ».

« Si j’ai l’occasion de lui en parler je lui dirai qu’il n’y a pas besoin de loi », a réagi le secrétaire d’Etat interrogé sur RTL. « Ce que je vois sur le terrain, ce que me disent tous les présidents d’université c’est qu’il n’y a pas de problème ».

« Il n’y a pas de contagion du foulard », a relativisé le ministre, « il y a des étudiantes qui ont tout à fait, parce qu’elles sont adultes, le droit de garder un foulard, le foulard n’est pas interdit dans la société française ».

« Quand on est usager d’un service public on a le droit d’avoir un foulard, on peut en penser ce qu’on veut mais ce droit existe », a poursuivi le ministre, concluant: « je pense qu’il n’y a pas besoin de ce texte ».

En décembre 2015, l’Observatoire de la laïcité, une commission d’experts qui dépend de Matignon, avait estimé qu’il n’était « ni utile ni opportun » de légiférer sur le port de signes religieux, dont le foulard islamique, par les étudiants.

L’état des lieux dressé par l’Observatoire révélait « une situation globale respectueuse de la laïcité », avec seulement 130 cas de « désaccords ou conflits ponctuels » lui ayant été remontés, pour un total de 130 universités et établissements, rassemblant environ 2 millions d’étudiants.

Ces situations conflictuelles ne concernaient pas que le port du voile, mais aussi la question de l’adaptation du calendrier universitaire à l’observance du shabbat ou de fêtes, la contestation d’enseignements pour des motivations religieuses ou encore la présence ostensible de bibles sur des tables de candidats à des examens.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. ©2014 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos AFP) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l’accord préalable écrit de l’AFP. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Recherche dans les archives

Vous